Accueil > Jeux Vidéo > Tests Jeux Vidéo > Always Sometimes Monsters – Le test

always-sometimes-monsters-pc-web-devolver-test-review

Always Sometimes Monsters – Le test

Devolver vous propose de vous triturer les méninges un peu avec son jeu Always Sometimes Monsters où vos choix feront office de test du genre  « Mais qui êtes-vous vraiment ? » et surtout « jusqu’où êtes vous prêt à aller ? ».

 

Le jeu se lance sur une conclusion et pour comprendre pourquoi vous en êtes arrivé là, bah il va falloir jouer ! Vous commencez le jeu chez Larry, éditeur à la recherche de sa prochaine perle et vous aller devoir la choisir au hasard dans tout un panel de gens aussi motivé les uns que les autres. C’est celui qui deviendra le héros de cette aventure. Ensuite, vous allez devoir choisir un autre personnage qui sera l’amour de votre vie, c’est la fête, c’est parti, tout va bien.

Quelques temps après (un bon gros temps quand même), vous êtes un chouille dans le zef : bouquin pas fini donc plus d’avance donc plus d’argent. Quand à votre bien aimé(e), pfiouu, envolé(e)… La loose quoi… Surtout que bon, le loyer de votre petit appart dans votre banlieue un peu pourlingue, va falloir le payer. Cerise sous le gâteau, vous recevez une invitation pour le mariage de votre ex-amour de votre vie. Ne vous pendez pas de suite hein, vous avez un mois pour trouver des solutions si vous souhaitez vous y pointer. A chaque étape de nouvelles histoires et plein de choix à effectuer.

Voilà en gros le pitch du jeu. Que faire ? A qui faire confiance ? Et pourquoi aller à ce mariage ? Dans Always Sometimes Monsters on vous donnera le choix : être plutôt gentil et empathique ou être bien égoïste et sans scrupule… Vos choix vous suivrons jusqu’au bout ! Vous irez de petit boulot en petit boulot, mettrez le nez là où il faut pas. Vous aurez même le choix d’arnaquer ou non un grand nombre de personnes. Alors gentil ou pas ? C’est vous qui forger votre caractère, vos relations…

L’histoire est assez sympa et les différentes situations peuvent se montrer assez humaines et interessante malgré parfois quelques longueurs. Mais attention, vous pouvez vite partir dans une histoire super déprimante ! Bien sûr, vous avez la possibilité de rejouer le jeu et, du coup, faire d’autre choix. Always Sometimes Monsters reste une expérience vraiment bien, avec un personnage mine de rien attachant.

Niveau réalisation, attention, on est pas dans du gros jeu next-gen mais plus dans du pixel art assez fun (j’aime bien ce style) et un gameplay très simple. Par contre aucune traduction, le tout est en anglais et autant vous le dire de suite, il y a beaucoup de blabla ! Mais Always Sometimes Monsters est une expérience à faire avec une histoire qui peut rester très terre à terre comme une histoire qui part complètement en vrille, selon vos choix. Si vous aimez les histoire d’amour compliquées, les jeux à choix multiples, être méchant si vous êtes un genil (ou vice-versa); c’est 10 € sur Steam et franchement, j’ai beaucoup aimé l’expérience !

 

 

Devolver vous propose de vous triturer les méninges un peu avec son jeu Always Sometimes Monsters où vos choix feront office de test du genre  "Mais qui êtes-vous vraiment ?" et surtout "jusqu'où êtes vous prêt à aller ?".   Le jeu se lance sur une conclusion et pour comprendre pourquoi vous en êtes arrivé là, bah il va falloir jouer ! Vous commencez le jeu chez Larry, éditeur à la recherche de sa prochaine perle et vous aller devoir la choisir au hasard dans tout un panel de gens aussi motivé les uns que les autres. C'est celui qui deviendra le…

En gros, ce qu'il faut retenir


GG :
- L'hisoire
- Original
- Beaucoup de choix et conséquences

Pas GG :
- Tout en anglais
- Quelques longueurs
Note des geeks : Soyez le premier à noter !

A propos de Shoop

Shoop
Adepte de la danse de l’eau et des boules de feu en tous genres. N’aime ni le soleil, ni les endroits avec du monde dedans sauf Disneyland où elle vit une partie de l’année. Elle voue un culte sans limite au mec au bouclier de chez Marvel et ne s’est toujours pas remise du départ à la retraite de Chris Metzen.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.