Impression

the-walking-dead-1Développé par Telltale Games, The Walking Dead n’est absolument pas une déclinaison vidéo ludique de la série TV actuellement diffusée un peu partout. Le jeu dont on vous parle aujourd’hui s’inspire du comics original, et a été créé en collaboration étroite avec Robert Kirkman, auteur dudit comics. Et pour la modique somme de 400 points Microsoft, version testée ici-même, nous voilà en possession d’un jeu de zombies bourré de qualités.

Il n’est pas question ici de slasher du mort-vivant à grand coups de pelle ou muni d’une mitrailleuse. Ce serait trahir l’esprit du jeu, puisque le rythme est bien moins rapide. Il est question de point  & click. Allez, ne partez pas en courant ! C’est un genre qui mérite le détour et qui fait, pour le coup, vivre une bien belle aventure. Pourquoi ? D’abord parce qu’elle est dotée d’un scénario béton, une histoire qui tient la route et qui donne envie d’en savoir plus sur chacun des protagonistes.

the-walking-dead-2On débute l’histoire dans la peau d’un condamné pour meurtre, Lee Everett, alors qu’il est dans la voiture de police qui l’emmène vers sa destination finale. Mais quand on gravite dans un paysage bardé de zombies, on sait bien que rien n’est jamais acquis et que sa situation peut basculer à chaque minute. Lee va vite s’en rendre compte, jusqu’à ce qu’il vienne en aide à une petite fille qui deviendra par la suite sa protégée. Et je vous arrête tout de suite, cette enfant n’est en rien un boulet qui ralentit la progression.

Autre point fort, le gameplay est bien pensé et s’inscrit dans la logique de l’aventure, pas comme un furoncle qui donne envie de se gratter. On avance en vue à la troisième personne et on déplace son personnage en d’un pouce tout en balayant le paysage de l’autre (pouce) afin de repérer les points lumineux indiquant l’action proposer. Du coup, on ne ressent pas cette rigidité habituelle, inhérente au point & click. Plusieurs choix sont ainsi proposés, laissant l’idée bienveillante d’un certain libre arbitre. Des séquences de Quick Time Event viennent accélérer et pimenter l’action et arrivent généralement quand on se fait attaquer par un zombie. Du coup, la manœuvre qui parait un brin laborieuse (je place mon curseur au bon endroit pour ensuite déclencher l’action comme un coup de hache sur la gorge) se révèle tout à fait cohérente avec l’atmosphère oppressante. Enfin, à mon humble avis…

the-walking-dead-3Le style graphique est proche de celui d’un comics, sans pour autant être une copie de l’œuvre originale. Et les personnages arborent des expressions faciales très convaincantes. On prend plaisir à discuter avec eux, du moins si on aime échanger des paroles avec son prochain, ce qui permet de mieux comprendre la marche à suivre tout en débloquant des indices.

Du coup, si vous n’aimez pas les jeux où l’on blablate, où l’on prend le temps de progresser sans trucider des hordes d’assaillants avec une réserve illimitée de munitions, The Walking Dead – Episode 1 n’est pas pour vous. De mon côté, je dois avouer que j’ai bien aimé, même si l’aventure se termine en deux heures environ. Quatre autres épisodes sont prévus pour ces prochains mois, et le premier épisode rencontre un franc succès puisqu’il s’est déjà vendu à 1 million d’exemplaire. Pour le site officiel, c’est chez Telltale Games que ça se passe.

 



A propos de l'auteur

Karine
Karine
Humble scribe depuis 1999 sur divers supports papier et numérique tels que : Joypad, Playstation Magazine, Consoles+, Gamepro.fr, mais aussi Voici (si si pour 2 articles) ou encore Viamichelin.fr. Citation du moment : "I cry because others are stupid. That makes me sad." Sheldon Cooper.