Accueil > Jeux Vidéo > White Night – Le test en noir et blanc
white-night-screenshot-test-review-osmose-video-trailer-activision

White Night – Le test en noir et blanc

Oui, ok elle est facile celle-là, j’ai rien trouvé de mieux, je suis nulle en titre… Bref, voici White Night, la première production du jeune studios français OSome, un survival-horror à l’ancienne, en noir et blanc. Sur le papier, le jeu a tout pour plaire.

 

white-night-screenshot-test-review-osmose-video-trailer-activisionVous êtes à Boston, en 1938; vous sortiez de votre bar un peu éméché et vous prenez la route (pas bien !) et la, comme dans le premier Silent Hill, une forme qui semble être féminine traverse la route juste devant votre nez. Hop, petit black-out. Vous vous réveillez amoché, la voiture pliée en deux mais aucune trace de cette jeune fille. Les côtes en vrac, vous vous traînez comme vous le pouvez jusqu’à un vieux manoir afin de demander de l’aide. Mais cette vieille bâtisse semble abandonnée… L’est-elle vraiment ?

Notre héros ressemble à un détective tout droits issus des vieux films noirs, sauf que là, il n’est pas armé… Juste son chapeau et son imper… Pas d’inventaire non plus, les objets ramassé apparaisse en haut de l’écran et les actions réalisable sont annoncées un peu à la façon d’un point’&’click. Une loupe apparaît si vous devez observer, une main si vous devez ramasser ou pousser quelque chose, un livre pour lire un document, bref une petite icone pour chaque action. Et il y a tout un tas de document à lire pour en savoir plus sur les occupants de ce manoir, ce qui renforce énormément le background du jeu.

white-night-screen-test-review-osmose-video-trailer-activisionNotre héros n’est peut être pas armé mais il a sur lui sa boite d’allumettes, et il en a douze dedans. Même si on sait qu’il peut en avoir d’avantage, on sent bien qu’on a envie de nous laisser un peu dans le noir afin de faire monter la pression… La peur du noir, de l’inconnu tout ça… Non parce que la baraque est plongé dans le noir ! Seul des bougies, vos allumettes, un feu de cheminée  ou quelques rares ampoules, peuvent briser l’obscurité. La direction artistique est excellente ! J’ai adoré le tout en noir et blanc, c’est immersif et on est aux aguets à chaque instant ! Mais cette balance entre obscurité et lumière sers aussi à résoudre les énigmes que vous allez croiser. Elles sont pour la plupart bien pensées et jamais insurmontables.

Le côté narration du jeu est important. En effet, White Night est découpé comme un livre, en chapitre, avec une voix-off qui nous entraîne dans les pensées du héros à la façon d’un polar, ce qui est encore plus immersif. Et pour nous glisser encore plus dans cette ambiance survival-horror à l’ancienne, les caméra sont fixe, à la Alone in The Dark, la musique stressante qui prend de l’ampleur à chaque apparition ou encore la sauvegarde manuelle du jeu qui est représentée ici par un fauteuil dans lequel on se repose.

white-night-screenshots-test-review-osmose-video-trailer-activisionVous avez bien sur compris que le manoir est hanté par des esprits plutôt pas sympa et que vous n’avez rien pour vous défendre, à part la fuite ! Et réussir à remettre la lumière électrique qui semble être la seule arme efficace contre ces fantômes. Il y en a même qui s’accroche à vous et vous tue instantanément… L’angoisse ! Bien sûr, ils sont plutôt pas choucards les bougres et vont vous donner du fil à retordre dans votre progression (attention, pas de checkpoint ici !). Et avec le noir et blanc, ils sont souvent difficile à voir. Et comme c’est à l’ancienne, attendez-vous à mourir souvent et à parfois refaire des séquences assez longues vu que ça reprends au dernier point de sauvegarde.

Le jeu réussi son pari d’être stressant, angoissant, en tout cas, chez moi ça marche, surtout que vous ne disposez de rien pour vous défendre. Un bon retour au source, assez difficile, avec parfois des angles de caméra qui n’aide pas. Les doublages, qu’ils soient anglais ou français, sont excellent. Les temps de jeu est d’environ 6h, ce qui est plus qu’honnête pour un jeu à moins de 20 €. Et le trip old-school est très bien rendu ici donc si vous aimez les jeu difficile, avec des sauvegardes manuelles, sans rien pour vous défendre, foncez ! Vous ne serez pas déçus.

 

En gros, ce qu'il faut retenir

Note

White Night est un très bon retour aux sources. Immersif, avec une direction artistique excellente et pas excessif niveau pris pour sa duré de vie et le plaisir que l'on prend à y jouer. Une très belle surprise.

User Rating: Be the first one !

A propos de Shoop

Adepte de la danse de l’eau et des boules de feu en tous genres. N’aime ni le soleil, ni les endroits avec du monde dedans sauf Disneyland où elle vit une partie de l’année. Elle voue un culte sans limite au mec au bouclier de chez Marvel et ne s’est toujours pas remise du départ à la retraite de Chris Metzen.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.