Accueil > Coin Lecture > Avis Lecture > Livre – The Book of Ivy – Notre Avis

the-book-of-ivy-tome-1-lumen-edition

Livre – The Book of Ivy – Notre Avis

J’ai une pile de livre à lire assez impressionnante. J’essaie de les lire dans l’ordre d’arrivée et je tente désespérément de rattraper mon retard. Et les Editions Lumen m’ont envoyé The Book of Ivy de Amy Engel, livre que j’attendais vu le teasing qu’il y a eu autour. La question était de savoir si je le faisais passer sur le dessus de la pile ou non. La réponse ne s’est pas faite attendre trop longtemps, j’avais déjà le nez dans le premier chapitre…

Voilà cinquante ans qu’une guerre nucléaire a décimé la population mondiale. Un groupe de survivants d’une dizaine de milliers de personnes a fini par se former, et ce qui reste des États-Unis d’Amérique s’est choisi un président. Mais des deux familles qui se sont affrontées pour obtenir le pouvoir, la mienne a perdu. Aujourd’hui, les fils et les filles des adversaires d’autrefois sont contraints de s’épouser, chaque année, lors d’une cérémonie censée assurer l’unité du peuple.
J’ai seize ans cette année, et mon tour est venu. Je m’appelle Ivy Westfall, et je n’ai qu’une seule et unique mission dans la vie : tuer le garçon qu’on me destine, Bishop, le fils du président. Depuis ma plus tendre enfance, je me prépare pour ce moment. Peu importent mes sentiments, mes désirs, mes doutes. Les espoirs de toute une communauté reposent sur moi. Le temps de la rébellion approche… Bishop doit mourir. Et je serai celle qui le tuera.

Nous sommes ici dans une dystopie. Ivy vie dans une société bâtie sur les ruines du monde ravagé par une guerre nucléaire. Les règles sont stricts afin de maintenir l’ordre et la paix et les habitants vivent en autarcie, la ville étant protégé du monde extérieur par de grandes barrières.

Juste après la guerre, le grand-père d’Ivy a tenté de rebâtir une ville basée sur la démocratie mais son concurrent ne voyait pas les chose de la même façon et c’est lui qui a été choisis pour gouverner sur Westfall. Mais ça, la famille d’Ivy ne l’a jamais accepté… Sa soeur et elle ont été élevée dans le seul but de renverser ce gouvernement et pour cela, Ivy devra tuer Bishop, son futur mari, afin de faire tomber le président Lattimer et permettre à sa famille de reprendre le pouvoir. Parce qu’à Westfall, les mariages sont forcés.

J’ai littéralement dévoré ce lire. En deux jours c’était plié. L’histoire démarre doucement, rien d’original et d’un coup, bim ça part sans qu’on comprenne quelque chose et on pourra reprendre notre souffle une fois le livre fermé. Toute la force du livre tient dans ses personnages. Bishop apparaît lisse et effacé au début. Fils du président et beau gosse de surcroît, il perturbe beaucoup notre héroïne. Ils sont attachants et Ivy va découvrir le visage de ce jeune homme qui partage désormais sa vie. Dans ces mariages forcés, la femme n’a pas tellement son mot à dire mais Ivy est forte et a son propre jugement à ce propos, ce que Bishop respecte et le caractère du jeune homme la déstabilise. Mais je n’irais pas plus loin, je n’ai pas envie de vous décrire toute l’histoire.

Tout monte crescendo, et on hurle presque arrivé à la dernière phrase parce que c’est rageant et qu’on veut la suite !  The Book of Ivy est un gros coup de coeur et une belle histoire qui nous pousse à certaine réflexion comme faut-il avoir une confiance aveugle en sa famille ? Est-ce que certains combat valent la peine d’être menés ?

 

the-book-of-ivy-couverture-lumen-editions-critique-avis

J'ai une pile de livre à lire assez impressionnante. J'essaie de les lire dans l'ordre d'arrivée et je tente désespérément de rattraper mon retard. Et les Editions Lumen m'ont envoyé The Book of Ivy de Amy Engel, livre que j'attendais vu le teasing qu'il y a eu autour. La question était de savoir si je le faisais passer sur le dessus de la pile ou non. La réponse ne s'est pas faite attendre trop longtemps, j'avais déjà le nez dans le premier chapitre... Voilà cinquante ans qu’une guerre nucléaire a décimé la population mondiale. Un groupe de survivants d’une dizaine de milliers…

En gros, ce qu'il faut retenir

Une très belle dystopie qui démarre doucement pour partir dans un rythme effréné qui se stop d'un coup une fois le livre fermé et qui nous laisse sur une fin à pousser des cris tellement on veut la suite !

Note des geeks : Soyez le premier à noter !

A propos de Shoop

Shoop
Adepte de la danse de l’eau et des boules de feu en tous genres. N’aime ni le soleil, ni les endroits avec du monde dedans sauf Disneyland où elle vit une partie de l’année. Elle voue un culte sans limite au mec au bouclier de chez Marvel et ne s’est toujours pas remise du départ à la retraite de Chris Metzen.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.