Accueil > Jeux Vidéo > Tests Jeux Vidéo > Styx : Master of Shadows – Le test, une dague dans la gorge

styx-master-of-shadows-logo-Cyanide-Focus

Styx : Master of Shadows – Le test, une dague dans la gorge

styx-master-of-shadows-Cyanide-Focus-01Cyanide, le studio français à l’origine, entre autre, du RPG Game of Thrones et de Of Orcs and Men, nous revient avec un nouveau jeu dénommé Styx : Master of Shadows. Comme son nom l’indique, le jeu se déroulera dans le même univers que Of Orcs and Men et on y incarnera le gobelin Styx, personnage bien connu des fans du jeu. Et comme son nom l’indique également, il s’agira d’un jeu d’infiltration (d’où les ombres, hein.) A force de tester des jeux d’infiltration, on pourrait croire que je suis devenu expert mais il n’en est rien. Je suis toujours autant une quiche. Et malheureusement Styx ne laisse pas beaucoup de place à l’erreur.

 

Le jeu nous conte donc l’histoire de Styx le premier gobelin, expert en furtivité et autres assassinats, à la recherche de l’arbre sécrétant l’ambre, substance magique permettant à celui qui la consomme d’acquérir de grands pouvoir mais aussi pouvant le rendre complètement fou. Il parcourra donc les nombreux niveaux de la tour d’Akenash où les humains et les elfes ont enfermé l’arbre pour mieux le contrôler. Mais pourquoi donc cherche-t-il cet arbre mes direz-vous. Et bien en tant que gobelin, il recherche avant tout le profit qu’il pourrait en tirer mais également parce que lui aussi a été en contact avec l’ambre, qui lui a octroyé des pouvoirs sympa mais également quelques soucis de santé mentale. Il cherche donc à se libérer de ses problèmes en allant chercher la solution à la source.

 

styx-master-of-shadows-Cyanide-Focus-02On est donc face à un jeu d’infiltration plutôt hardcore où, contrairement à un Assassin’s Creed par exemple, il vaut mieux éviter de se faire repérer. En effet, incarnant un gobelin chétif, le combat au corps à corps ne sera pas vraiment à notre avantage face à des humains en armure. En combat, il est impossible de porter une attaque directe. Il faudra utiliser un système de parade/riposte. Et là encore, ce n’est pas simple, il faut parer avec un timing très précis pour pouvoir placer une riposte. Plusieurs modes de difficulté sont heureusement proposés qui rendront les gardes un peu plus bêtes et les combats un peu moins dur. Heureusement, pour éviter le combat, Styx dispose d’un arsenal de talents conséquent à sa disposition. Premièrement sa petite taille lui permet de se cacher facilement sous les tables. Il pourra également se cacher dans les armoires. Il est aussi très agile et pourra, si le décor le permet, grimper sur des murs pour évaluer la situation de plus haut ou simplement utiliser un chemin alternatif. S’il parvient à approcher silencieusement un ennemis il pourra l’assassiner. Mais attention un assassinat trop bruyant pourrait alerter les gardes alentours. Et bien entendu un assassinat plus silencieux sera plus long à effectuer. Styx pourra également se cacher dans les ombres. Pour cela, il aura la possibilité d’éteindre les torches disséminées u peu partout, soit directement, soit à distance en utilisant une poignée de sable. Mais attention encore une fois, une torche qui s’éteint devant un garde attirera son attention et il cherchera pourquoi. On vous a dit que c’était un jeu Hardcore ? Styx dispose également de pouvoirs liés à l’ambre qu’il a ingérée. Le premier est la vision d’ambre, ressemblant beaucoup à la vision d’aigle d’Assassin’s Creed, permettant de révéler les ennemis et les éléments interactifs du décors. Le deuxième pouvoir d’ambre débloqué assez tôt dans le jeu est le fait de créer un clone de Styx qui pourra se faufiler dans certain espaces réduits que Styx ne peut pas emprunter ou distraire les ennemis pour lui permettre de passer. D’autres se débloqueront au fur et à mesure de l’aventure. Il sera par ailleurs possible d’améliorer les différentes compétence de Styx, que ce soit ses compétences naturelles ou les pouvoirs d’ambre, grâce à des points de compétences acquis en accomplissant des objectif principaux et secondaires. Ainsi, les clones d’ambres peuvent recevoir la capacité de tendre des embuscades aux gardes depuis un coffre ou un placard. Petit détail amusant pour finir de montrer le coté hardcore du jeu. Il faut faire attention dans ses déplacements à ne pas taper dans des objets, seaux, balais, etc. car le bruit peut facilement alerter les gardes. Alors, hardcore ou pas hardcore ?

 

Techniquement, le jeu est correct sans plus mais c’est au niveau de la patte artistique que les petits gars de Cyanide ont fait un travaille formidable. Le rendu est tout bonnement somptueux. L’ambiance sonore ainsi que les musiques sont également très réussis et les doublages, uniquement en anglais, sont justes et convaincants.

Cyanide, le studio français à l'origine, entre autre, du RPG Game of Thrones et de Of Orcs and Men, nous revient avec un nouveau jeu dénommé Styx : Master of Shadows. Comme son nom l'indique, le jeu se déroulera dans le même univers que Of Orcs and Men et on y incarnera le gobelin Styx, personnage bien connu des fans du jeu. Et comme son nom l'indique également, il s'agira d'un jeu d'infiltration (d'où les ombres, hein.) A force de tester des jeux d'infiltration, on pourrait croire que je suis devenu expert mais il n'en est rien. Je suis toujours autant…

En gros, ce qu'il faut retenir

Styx : Master of Shadows est typiquement le jeu qu'aurait pu être Assassin's Creed s'il s'était tourné vers le hardcore. Un jeu exigeant où la moindre inattention peut vous coûter la vie. Le monde ouvert en moins. Servi également par un sound design et une patte artistique de haute volée, le jeu plaira à coup sûr aux joueurs fan d'infiltration ou en manque de challenge.


GG :
Difficile
Fort joli
Personnage attachant
Doublages excellents

Pas GG :
Des mécaniques pas toujours intuitives
Techniquement en deçà
Quelques bugs de collision
Note des geeks : Soyez le premier à noter !

A propos de RomainDesBois

RomainDesBois
Ermite vivant dans sa caverne au milieu de matos informatique et jeux vidéo en tout genre. N’aime pas le soleil, sortir ou les gens en général. Le seul moment où je sors c’est pour aller au cinéma ou dans un parc d’attraction. Et oui, en plus je suis paradoxal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.