Accueil > Jeux Vidéo > Donkey Kong Country : Tropical Freeze – Le test
donkey-kong-country-tropical-freeze-WiiU-Nintendo-Retro-Studio-Plateforme

Donkey Kong Country : Tropical Freeze – Le test

3 ans et demi après un épisode plutôt réussi sur la Wii de Nintendo, le singe le plus célèbre du jeu vidéo nous reviens dans une aventure complètement givrée cette fois-ci sur la WiiU. Oui, je sais, ce n’est pas un singe mais un gorille.

 

 Et un banana split pour la 6

 

donkey-kong-country-tropical-freeze-WiiU-Nintendo-Retro-Studio-Plateforme-screenshot-1Ce nouvel épisode nous narre l’histoire de Donkey Kong et ses amis Diddy, Dixie et Cranky. Alors qu’ils étaient tranquilles en train de fêter l’anniversaire de Donkey, leur ile se fait attaquer par une armée de pingouins vikings diaboliques menée par un morse démoniaque. Utilisant une vile magie, ceux-ci transforme l’ile de Donkey Kong en un glaçon géant au cours d’une cinématique plutôt réussie. Donkey Kong se retrouve donc expulsé de son ile qu’il va devoir récupérer à grand coup de fesses, oui, parce que c’est bien connu, un gorille ça met pas des baffes, ça saute sur ses ennemis pour les vaincre. Pour cela, il devra traverser un grand nombre de niveaux aux environnement variés. On trouvera par exemple une plaine, une montagne sans neige, une savane en feu, etc. Oui, d’ailleurs il ne faut pas s’attendre à atteindre des niveau transformés par la magie des envahisseurs avant un bon moment de jeu, les premières zones étant des iles géographiquement très éloignées de l’ile de Donkey (non pas celui de Shrek) Et c’est tant mieux car n’avoir que des niveaux gelés aurait vite été saoulant.

 

L’union fait la force

 

donkey-kong-country-tropical-freeze-WiiU-Nintendo-Retro-Studio-Plateforme-screenshot-2Dans le jeu, on contrôle Donkey qui peut sauter, taper au sol pour assommer ses ennemis ou rouler pour les renverser. Il pourra également être épaulé d’un de ses amis qui lui offre des capacités supplémentaires lors des sauts. Diddy lui permet de chuter plus doucement grâce à son jet pack ce qui augmente la longueur des sauts. Dixie quant à elle, utilise sa queue de cheval pour faire l’hélicoptère et ainsi augmenter la hauteur du saut. Enfin, Cranky utilise sa canne pour rebondir au sol, effectuant un second saut un peu plus important et évitant de se blesser en tombant sur des pics ou autres ronces. Les amis donnent également deux points de vies supplémentaires ce qui ne sera pas de trop tant certains niveaux sont difficiles. A la fin de chaque zone, un boss barre la route vers la zone suivante. Et ceux-ci ne sont pas en reste non plus niveau difficulté car même si, comparés au reste du jeu ils sont plutôt simple, tout étant relatif, il sont très long ce qui demande une bonne dose de concentration pour les passer. Au niveau des « véhicules » chers à la série, on retrouve le wagonnet de mine pour des niveaux extrêmement durs mais très impressionnants niveau mise en scène, le rhino qui défonce tout sur son passage et enfin le tonneau fusée très dur à contrôler.

 

Le jeu est plutôt joli, d’un point de vue Nintendoesque. C’est coloré, bien détaillé, les arrières plans sont vivants et le décor évolue en permanence devant nos yeux, ce qui participe à la difficulté mais produit également des scènes assez dantesques. Faire une ballade en rhino au milieu d’une tornade avec des morceaux qui volent dans tous les sens, ça n’a pas de prix. Au final, on se retrouve avec un très bon jeu de plateforme qui plaira forcément au fan du gorille de la première heure tant on retrouve les éléments mythiques de la série mais qui pourra aussi plaire aux nouveaux venus tant il est bien construit et agréable à jouer. Il ne faut cependant pas oublier la difficulté importante du jeu qui pourrait en rebuter plus d’un.

 

En gros, ce qu'il faut retenir

Note

User Rating: Be the first one !

A propos de RomainDesBois

Ermite vivant dans sa caverne au milieu de matos informatique et jeux vidéo en tout genre. N’aime pas le soleil, sortir ou les gens en général. Le seul moment où je sors c’est pour aller au cinéma ou dans un parc d’attraction. Et oui, en plus je suis paradoxal.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.