Accueil > Coin Lecture > Avis Lecture > Roman – Et derrière nous, le silence – Notre avis
et-derriere-nous-le-silence-nancy-guilbert-livre-roman-avis-harcelement-anorexie-violence-chronique-1

Roman – Et derrière nous, le silence – Notre avis

Note de l’éditeur : ce texte aborde des thématiques difficiles, comme la violence, le harcèlement psychologique et sexuel, le deuil, le suicide et l’anorexie. Sa lecture est susceptible de heurter la sensibilité de certaines personnes.

Je préfère commencer cette chronique avec cet avertissement de l’éditeur. Effectivement, Et derrière nous le silence n’est pas un livre facile à lire ni feel good ou détente. Même si il est important d’avoir ce genre de lecture. Et bien sûr, quand je dis qu’il n’est pas facile à lire, c’est surtout par rapport aux sujets abordés par l’autrice, Nancy Guilbert.

Adieu le harcèlement du collège et les soucis à la maison ! Ellie le sent : aux côtés de sa cousine Lola pour son entrée au lycée, elle sera in-vin-cible. Lumineuse Lola, si pétillante de vie… manipulatrice, aussi. Au cœur de la montagne voisine, le regard de Jeff se pose avec détermination sur Stefan, son grand frère adoré de tous… et un prédateur. Oubliés les liens du sang, Jeff n’a plus qu’un objectif : venger Lou. Collège, liberté… tout ce qui faisait le quotidien n’est plus pour Yüna qu’un souvenir dans cette chambre où son tortionnaire, celui qu’elle appelait « papa », la retient prisonnière. Au bord du précipice, ces adolescents réduits au silence parviendront-ils à se faire entendre ?

Merci à Gulf Stream Editeur de proposer ce genre de lecture qui pour moi à son importance dans le rayon jeunesse. Malgré la dureté des sujets, il est important qu’ils soient abordés et soient lu, que ce soit par des jeunes et des moins jeunes. Se sensibiliser pour mieux aider, se sentir écouté, en sécurité pour mieux en parler. La lecture n’a pas toujours été facile, certains passages me rappelant mon propre vécu. Encore une fois, c’est un livre à lire tant mais à lire quand on se sent bien. Si ça va bof bof, attendez un peu !

Ce roman choral nous embarque dans la vie fragile de trois adolescents. Trois adolescents qui ne se connaissent pas et pourtant partage une grande souffrance. Et avec eux, le silence assourdissant qui les entours. Ces trois ados sous l’emprise de manipulateur… Ces garçons qu’on encense, que l’on prend comme modèle et qui sont en fait des prédateurs. Qui sont protégé du fait de leur statue et de leur « bonnes » action… Quand vous êtes seul à voir le vrai visage de cette personne, c’est un mal qui vous ronge. C’est le cas de Jeff et de sont frère. Jusqu’où ira Jeff pour faire éclater la vérité ? On a envie d’hurler avec lui, on a envie lui dire que tout ira bien même si on sait qu’une parti de lui sera marquer à vite. Comme tout les protagonistes d’ailleurs… Ellie qui respire le mal être mais qui est relégué au second plan avec la double peine d’avoir une maman malade et d’être toujours présente pour elle et une cousine qui, sous couvert de bienveillance, balance de petites phrases assassines qui feront que la jeune fille s’enfoncera de plus en plus dans son mal-être, réduite au silence par ses proches. Quand à Yüna, elle montrera sa force et sa détermination malgré le faite que sont tortionnaires est son père… Des vies brisées, qu’il faudra réparer, préserver… Je ne souhaite pas plus rentrer dans les histoires car j’aime laisser la découverte. C’est malgré tout un très beau livre, qui ne laisse pas indifférents, qui provoque des émotions comme des larmes, de la colère face à ces êtres fragiles que personne n’écoute. Combien sont-il aujourd’hui à être au bord du précipice, dans une période de la vie déjà compliquée de base.

L’écriture est fluide, percutante et malgré la dureté de certains passages, on a du mal à décrocher. L’autrice nous emporte avec douceur et sensibilité à travers les yeux de ces trois ados au bord du gouffre. Les personnages sont travaillés avec profondeur, leur psyché, superbement développée et, encore une fois, ils m’ont fait lâcher des larmes. Au début de chaque chapitre, il y a une citation, des paroles, poème, qui font parti intégrante des personnages et qui sont parfaitement choisi.

Quelle claque ! Ce livre est d’utilité publique. Encore plus en ce moment où on a l’impression qu’un seul sujet accapare le reste et que tout ce reste est relégué au second plan… Malgré le sérieux et la gravité des choses évoquées, l’autrice nous délivre un beau message d’espoir et de (vrai) bienveillance. On dit souvent, voir on reproche (un comble !) aux victimes de ne pas avoir parlé. Mais est-ce qu’ils ont une véritable écoute en face ?

Ce roman sera disponible le 10 février prochain.

A propos de Shoop

Avatar photo
Adepte de la danse de l’eau et des boules de feu en tous genres. N’aime ni le soleil, ni les endroits avec du monde dedans sauf Disneyland où elle vit une partie de l’année. Elle voue un culte sans limite au mec au bouclier de chez Marvel et ne s’est toujours pas remise du départ à la retraite de Chris Metzen.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.