Accueil > Jeux Vidéo > Tests Jeux Vidéo > I am Alive

I am Alive

2012 est l’année de la fin du monde, désolé de casser vos rêves d’avenir ! Les développeurs surfent tous sur cette tendance depuis quelques temps, avec des jeux comme Motorstorm 3 ou même les petits jeux smartphone mettant en scène des gars (ou filles hein) dans des mondes post-apocalyptiques, souvent remplis de zombies d’ailleurs. Dans I am Alive, d’Ubisoft, il est question de ça, sans les bêtes méchantes, les humains suffisants à pourrir ce décor déjà bien poussiéreux.

Annoncé il y a très longtemps, ce jeu nous envoie dans une ville américaine pour y retrouver sa femme et sa gamine. Notre héros devra donc traverser la ville qui a subit des dégâts considérables, irréparables. L’idée est que la Terre s’est déchaînée avec des secousses sismiques et autres catastrophes naturelles qui ont soulevées une épaisse couche de poussière stagnant dans les airs. Evidemment plus vous vous rapprochez de la terre ferme et plus il est difficile de respirer. Cette idée a permis de cacher la misère graphique du moteur qui date vraiment, cependant I am Alive n’est pas laid car les différents filtres utilisés et surtout les architectures complètements délabrées sont vraiment réussies. On regrette des animations un peu rigides et surtout un héros qui a du mal à répondre correctement à une direction quand il est accroché à une gouttière.

Mais il serait dommage de s’arrêter à ça car le titre propose une aventure vraiment intéressante, dans un monde très bien rendu, très oppressant parfois, à la limite du flippant alors qu’il n’y a que des humains. Tout repose sur deux barres en haut de l’écran, la première symbolisant votre endurance et la seconde votre vie. Si vous faites n’importe quel type d’effort (courir, sauter, grimper…) votre endurance diminue et, bien entendu, si vous vous prenez un coup c’est la vie qui en pâtit. Pour faire remonter vos barres vous devrez trouver des items dans les décors : bouteille, soda, inhalateur, conserves… Autant de choses qui sont devenues tellement rare qu’il faudra savoir en faire bonne utilisation.

Les balles de pistolet et vos pistons pour vous reposer en pleine grimpette sont encore plus rares. Ainsi lorsque vous tombez nez à nez avec un groupe de méchants, il faudra très souvent analyser la situation pour savoir qui tuer en premier, il ests fréquent de lever les mains pour laisser avancer le bad guy avant de lui trancher la gorge d’un seul coup de machette. IBalle par balle, pas à pas, le jeu me fais penser à Alan Wake avec les munitions d’un Resident Evil. Efficace tout de même, le scénario est rapidement intriguant et attachant même parfois, il faudra cependant faire attention à certains clichés qu’on retrouve dans beaucoup d’oeuvre post-apocalyptique.

I am Alive est un bon jeu mais il a quelques défauts gênant comme la progression parfois entachée par des ennemis nombreux et qui déboulent un peu trop de façon similaire. Les phases d’exploration et de plates-formes sont certes intéressantes du fait que l’endurance limite les possibilités, mais le tout rend le jeu peut-être trop limité dans son gameplay. En tous les cas il plaira aux joueurs appréciant la difficulté et le réalisme dans les actions, c’est sûr, les fans de Infamous et Assassin’s Creed doivent essayer la démo par contre.

 

 

2012 est l'année de la fin du monde, désolé de casser vos rêves d'avenir ! Les développeurs surfent tous sur cette tendance depuis quelques temps, avec des jeux comme Motorstorm 3 ou même les petits jeux smartphone mettant en scène des gars (ou filles hein) dans des mondes post-apocalyptiques, souvent remplis de zombies d'ailleurs. Dans I am Alive, d'Ubisoft, il est question de ça, sans les bêtes méchantes, les humains suffisants à pourrir ce décor déjà bien poussiéreux. Annoncé il y a très longtemps, ce jeu nous envoie dans une ville américaine pour y retrouver sa femme et sa gamine.…

En gros, ce qu'il faut retenir


GG :
Des decors superbes, une vraie ambiance post-apocalyptique, demande de la précision et du sang froid

Pas GG :
Des ennemis qui débarquent de nulle part, trop imprécis sur les gouttières
Note des geeks : Soyez le premier à noter !

A propos de Loglis

Loglis
Créateur du site et rédacteur, j'adore les mangas, le Japon et les jeux vidéo. Geek depuis l'enfance, je le clame haut et fort tandis que je donne mon avis, parfois subjectif sur cette passion :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.