Accueil > Coin Lecture > Avis Lecture > Manga – Unlucky Young Man Tome 1 – Notre avis
Unlucky-Young-Men-1-kioon-avis-review1

Manga – Unlucky Young Man Tome 1 – Notre avis

Ce manga, fruit de la collaboration de Eiji Otsuka (scénario) et Kamui Fujiwara (dessin), est une plongée dans un aspect méconnu du japon, celui de la contestation des années 1960-1970.

Une politisation extrême de la jeunesse japonaise aboutit à une situation de troubles violents où factions d’extrême gauche et factions ultranationalistes bousculent une société jugée immobile et inerte. Dans un club de Tokyo où converge la jeunesse protestataire communiste, la rencontre des trois protagonistes, N, T et de Yoko, une femme, va sceller le début d’une histoire où la frontière entre fiction et réalité, l’aspiration à une vie meilleure et la réalité matérielle poussent N et T à exécuter un scénario de braquage de fonds, 300 millions de yen exactement. Sur le papier du scénario écrit par T, tout est prévu mais comme T l’indique lui-même , un petit rien peut tout faire dérailler. Ces trois personnages vont devoir confronter leurs attentes à celles d’autres personnes, parfois d’anciennes connaissances qui sont prêtes à tout pour faire valoir leur vision de la société.

Un choc graphique et scénaristique !

Eiji Otsuka et Kamui Fujiwara ont élaboré une petite perle. D’une part les planches sont une « claque » visuelle avec de nombreux détails, de cadrages (notamment une scène de baiser en pleine rue qui fera date car digne d’un grand film) qui permettent de sentir naturellement les rythmes variés de l’histoire de manière fluide. D’autre part le scénario mélangeant personnages réels (comme T qui est Takeshi Kitano du temps où il travaillait dans le village vanguard, le club de l’histoire),  et événements d’époque (le braquage des 300 millions de yen, les manifestations de rues) en les recombinant, est un travail précis qui réinvente une réalité, tangible et passionnante, un monde de faux semblants où la psychologie des personnages fait échos au chaos intellectuel de l’époque.
Le plus est de découvrir une littérature japonaise qui étudie les ressorts psychologiques des violences, notamment Kenzaburô Oe (le titre du manga est tiré d’un de ses livres), penseur et moraliste (ses œuvres ont une grande force critique et placent toujours l’homme au centre du questionnement comme dans Seventeen ou la descente dans la violence d’un jeune nationaliste de 17 ans). Il y a aussi Yukio Mishima, qui réinterpréta le code de conduite des samurai en des termes modernes, le Hagakure, et mourra selon ce code (par Seppuku), restant ainsi fidèle à une certaine conception nationaliste.

 

Unlucky-Young-Men-1-kioon-avis-review

Note

Un jeu du chat et de la souris où l’envie de vivre et de changer se confronte à la vie et au destin dans toute sa noirceur mais où l’espoir est toujours présent. A lire absolument.

User Rating: Be the first one !

A propos de akatsuki

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.