Accueil > Coin Lecture > Avis Lecture > Manga – A Silent Voice – Notre avis

a-silent-voice-manga-kioon-avis-critique-review

Manga – A Silent Voice – Notre avis

Hop, c’est week-end c’est manga. Oui je suis comme ça. bon ok, c’est un peu tout les jours de la semaine manga, j’avoue. Aujourd’hui je vais vous parler d’un manga sorti il y a quelques jours chez Ki-Oon, il s’agit du premier tome de A Silent Voice de Yoshitoki Oima.

Shoko Nishimiya est sourde depuis sa naissance. Même équipée d’un appareil auditif, elle peine à saisir les conversations, à comprendre ce qui se passe autour d’elle. Effrayé par ce handicap, son père a fini par l’abandonner, laissant sa mère l’élever seule.

Quand Shoko est transférée dans une nouvelle école, elle s’emploie à surmonter ses difficultés mais, malgré ses efforts pour s’intégrer dans ce nouvel environnement, rien n’y fait : les persécutions se multiplient, menées par Shoya Ishida, le leader de la classe. Tour à tour intrigué, fasciné, puis finalement exaspéré par cette jeune fille qui ne sait pas communiquer avec sa voix, Shoya décide de consacrer toute son énergie à lui rendre la vie impossible.

Psychologiques puis physiques, les agressions du jeune garçon se font de plus en plus violentes… jusqu’au jour où la brimade de trop provoque une plainte de la famille de Shoko, ainsi que l’intervention du directeur de l’école. À cet instant, tout bascule pour Shoya : ses camarades, qui jusque-là ne manquaient pas eux non plus une occasion de tourmenter la jeune fille, vont se retourner contre lui et le désigner comme seul responsable…

 

J’ai lu ce premier tome d’une traite. Je dis souvent ça quand je parle manga mais faut savoir que, finalement, il n’y en a pas tant que ça que je lis sans faire de pause (vous n’avez pas vu ma table de nuit, hein, y en a partout !).

A Silent Voice est un très beau manga, touchant juste ce qu’il faut sans tomber dans l’excès de chouinage ou de gnangan. Le sujet est traité sans tabou, le héros, Shoya, va loin dans sa bétise et on ressent presque la souffrance de Shoko qui, malgré tout, est d’une extrême douceur. Quand à Shoya, on est parfois pris de la furieuse envie de lui coller des baffes… Ce qui fait de ce manga une réussite, non pas parce qu’on a envie de le claquer, non, ça ne pousse pas à la violence, mais parce qu’on ressent les choses. On en aurait presque la larme à l’œil a la lecture de certains passages. Les dessin est joli, très doux mais la force de ce manga, c’est surtout son histoire. Le sujet du handicap y est traité avec finesse, simplicité et délicatesse. Beaucoup de choses sont développé dans ce premier tome car il s’agissait au départ d’un one-shot. Donc j’ai hâte de savoir comment la suite de l’histoire va se construire.

A Silent Voice est un petit rayon de soleil à lire, avec un sujet traité avec intelligence et justesse et qui fait réfléchir.

 

a-silent-voice-manga-kioon-avis-critique-review
KOE NO KATACHI © Yoshitoki Oima / Kodansha Ltd.
Hop, c'est week-end c'est manga. Oui je suis comme ça. bon ok, c'est un peu tout les jours de la semaine manga, j'avoue. Aujourd'hui je vais vous parler d'un manga sorti il y a quelques jours chez Ki-Oon, il s'agit du premier tome de A Silent Voice de Yoshitoki Oima. Shoko Nishimiya est sourde depuis sa naissance. Même équipée d’un appareil auditif, elle peine à saisir les conversations, à comprendre ce qui se passe autour d’elle. Effrayé par ce handicap, son père a fini par l’abandonner, laissant sa mère l’élever seule. Quand Shoko est transférée dans une nouvelle école, elle s’emploie…

En gros, ce qu'il faut retenir

Un manga très touchant avec une histoire forte et des personnages attachants. Un vrai petit bijou ! On espère que toute ces qualités seront au rendez-vous dans la suite de l'histoire !

Note des geeks : 4.75 ( 1 votes)

A propos de Shoop

Shoop
Adepte de la danse de l’eau et des boules de feu en tous genres. N’aime ni le soleil, ni les endroits avec du monde dedans sauf Disneyland où elle vit une partie de l’année. Elle voue un culte sans limite au mec au bouclier de chez Marvel et ne s’est toujours pas remise du départ à la retraite de Chris Metzen.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.