Accueil > Ciné / Séries > Avis Ciné / Séries > [Séries] Terra Nova – Nos impressions

Terra Nova

[Séries] Terra Nova – Nos impressions

Terra-Nova-entete

terra-nova-jaquette

Réalisateur : Craig Silverstein, Kelly Marcel
Genre : Aventure

Date de sortie USA : Septembre 2011
Date de sortie France : N.C.
Dispo DVD/Blu-ray : Non

 

Le nouveau big Show de cette rentrée 2011 est sans contestation possible Terra Nova. La série produite par Spielberg est dotée d’un budget monumental, de décors gigantesques et d’une avalanche d’effets spéciaux. Elle nous raconte l’histoire d’une famille qui fuit une Terre à l’agonie pour se réfugier dans le passé, avec quelques bienheureux triés sur le volet, pour sauver l’humanité et reconstruire la civilisation au milieu des dinosaures. Tout ça pour quoi ?

 

Le naufrage des idées

Spielberg est un réalisateur de talent, il a le talent de vous mettre du bon sentiment partout. À vous dégoûter de ses films : d’ET à IA, ses œuvres sont souvent, malgré sa mise en scène de génie, mièvres et lourdes. Quant on voit le peu de créativité de Falling Skies, l’autre série qu’il produit, on pouvait s’attendre au pire. Et c’est le cas, puisque si la réalisation est relativement propre, les thèmes de la série sont lourds comme des parpaings.

En effet, avec Terra Nova, on a vraiment l’impression que toute la guimauve des années 1980 a dégouliné dans la série : la famille en crise qui se soude devant la fatalité, les ados débiles qui sortent grandis de leurs conneries… Et l’Homme, ce monstre, qui non seulement fout en l’air sa propre « maison », la Terre, mais qui dès qu’on lui donne une seconde chance, est incapable de faire les choses bien. Que font les premiers colons de Terra Nova ? Ils se divisent et se font la guerre. L’affiche nous dit qu’il « n’y a pas de paradis sans sacrifice », c’est digne des Pères de l’Église et de la morale chrétienne médiévale. Ce fatalisme de bon ton rassure les familles et la morale bien pensante, mais qu’est-ce que c’est chiant !

 

terra-nova-poster
"Le paradis se paye", Saint Augustin ? Spielberg !

Retour vers le passé

Attention : le thème du voyage dans le temps est d’emblée laissé de côté. On nous le dit, en arrivant sur Terra Nova, on crée une deuxième ligne de temps, avec une Terre différente et donc on élude toute possibilité de paradoxe temporel. C’est plus simple, on va pas embrouiller mamy.

Le début du show qui nous présente la terre pré-apocalyptique, dystopique et cyberpunk n’est pas inintéressant en soi, mais simplement cela fait 30 ans que Brazil et Blade Runner ont déjà très bien dit tout ça. De toute façon, le retour dans le passé nous projette dans une Terre toute neuve, sorte d’hybride entre Pandora et un parc jurassique.

En fait Terra Nova aurait tout aussi bien pu être une autre planète colonisée par l’homme. Il n’y avait presque rien à changer. Le seul but du voyage dans le temps est là pour justifier les dinosaures. Ces foutus reptiles ont beau être morts depuis des millions d’années, ils passionnent toujours autant les Américains. Tout l’espoir des producteurs du show repose sur ce simple thème, les dinos ! Évidemment, on commence par vous en montrer un très gros et très mal fait… J’ai arrêté de suspendre mon incrédulité.

Certes, je ne peux nier que les rares scènes d’action sont efficaces. Dans le noir et sous la pluie, je crois plus facilement aux gros reptiles. Mais… à quoi bon ? Un mystère lostien gravé dans la pierre ? Franchement, devant la profusion des séries de qualité, comme Boardwalk Empire ou Game of Thrones, je n’ai pas le temps de suivre une série qui a toutes les chances d’être annulée ou de délayer les trois ou quatre idées originales injectées dans un immense et insipide tas de guimauve.

A propos de Richard

Richard

Un commentaire

  1. Effectivement, ça ne donne pas trop envie d’y jeter un coup d’oeil !! ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.