Accueil > Jeux Vidéo > Tests Jeux Vidéo > Monster Hunter : World – Le test monstrueux

Monster-Hunter-World-PS4-Sony-Capcom-Logo

Monster Hunter : World – Le test monstrueux

Monster-Hunter-World-PS4-Sony-Capcom-Screenshot01

On ne la présente plus, la série des jeux Monster Hunter. Faites le test auprès de vos proches amateurs de jeux, ils vous répondront probablement « Ah oui, le jeu où on tue des monstres avec des armes disproportionnées ? » Et ils n’auront pas tout à fait tort. Il s’agit d’un RPG-action tactique en monde semi-ouvert où le but sera de chasser des monstres toujours plus gros et dangereux. Et comme je ne suis pas un expert de la série, je ne vous parlerai pas de ce qu’apporte le jeu à la série ou des nouveautés mais seulement de ce que le jeu propose.

 

Une fois tous les 10 ans, les dragons anciens traversent les océans pour rejoindre le continent du Nouveau Monde. Ce mystérieux phénomène est connu sous le nom de « Traversée des anciens ».
Afin de percer le secret des dragons anciens, la Guilde a formé la Commission de recherche, qui est en charge d’envoyer de grandes flottes en direction du Nouveau Monde.
Alors que la Commission envoie la Cinquième flotte à la poursuite du Zorah Magdaros, un dragon ancien volcanique colossal, un chasseur parmi d’autres est sur le point de s’embarquer dans une aventure extraordinaire défiant toute imagination.

 

Monster-Hunter-World-PS4-Sony-Capcom-Screenshot06Et ce chasseur c’est vous. Le jeux commence par une phase classique dans nombre de RPG, la création de personnages. Et celle-ci est classique en tout point bien qu’assez complète. On regrettera juste, comme dans beaucoup de RPG, de ne pas avoir d’options pour modifier le corps de notre héros. On pourra également personnaliser notre Palico, un petit chat bipède qui nous accompagnera dans nos aventure et pourra nous aider au combat où ramasser des ressources. Et c’est bien là le cœur du jeu au delà de la chasse. L’accumulation de ressources toujours plus puissantes pour fabriquer et améliorer notre arsenal mais également pour produire des outils de chasseur comme des pièges ou des bombes avec différents effets par exemple. Les ressources pourront être trouvées dans la natures ou sur des monstres que l’on a chassé. Minerais, fleurs, champignons, fruits, peaux de bête ou os, il y a l’embarras du choix.

 

Monster-Hunter-World-PS4-Sony-Capcom-Screenshot04Et en parlant d’arsenal, le jeu n’est pas avare à ce niveau là non plus. Le jeu proposera pas moins de 14 armes toutes différentes proposant des styles de combats variés mais également des difficultés d’utilisation différentes. Et évidemment, comme c’est le cas souvent, un arme avec une difficulté élevée se montrera plus destructrice une fois maitrisée qu’une arme plus simple d’utilisation. Coté exploration, le chasseur sera aidé de Navicioles. Ce sont des petits insectes qui guident le chasseur vers des ressources ou des monstres. Ainsi, il est possible de découvrir des écofacts, des traces laissées par les monstres (empreintes, écailles, plumes, bave, etc.) pour en apprendre plus sur le monstre en question et pouvoir le pister. Une fois le monstre pisté, les Navicioles nous montreront le chemin pour pouvoir le rejoindre. Car il n’est pas facile de trouver un monstre précis au sein des différents environnements proposés, ceux-ci présentant souvent plusieurs niveaux. Les environnements, au nombre de 5, sont assez grands et pleins de vie. Différents types de monstres seront présents, des herbivores passifs, à condition de ne pas les attaquer, aux carnivores agressif qu’il vaudra mieux fuir si on est pas suffisamment équipé. Les monstres ont d’ailleurs leur propre vie et comportements. Les carnivores peuvent attaquer et dévorer les monstres plus petits ou se battre avec d’autres montres pour récupérer ou défendre leur territoire. Et on peut d’ailleurs utiliser ces conflits à notre avantage.

 

Monster-Hunter-World-PS4-Sony-Capcom-Screenshot03Entre chaque mission dans les différents environnements, on pourra se reposer, se restaurer et s’améliorer dans le village du jeu. Il sera possible de manger un bon repas pour bénéficier de bonus lors des prochaines missions, de se forger une armure ou améliorer nos armes avec les ressources récoltées, d’améliorer l’équipement de son Palico, d’échanger avec les habitants du village, s’entrainer dans une zone spéciale pour se perfectionner avec son arme ou se familiariser avec une nouvelle, et de récupérer des quêtes. Comme dans tout bon RPG, le jeu proposera des quêtes principales, en rapport avec l’histoire, et des quêtes secondaires permettant de récolter toujours plus de ressources, de perfectionner ses techniques de chasse ou d’en apprendre de nouvelles.

 

Monster-Hunter-World-PS4-Sony-Capcom-Screenshot02Le jeu propose également une dimension online, une des marques de fabrique de la série. Il est ainsi possible de rejoindre une session online où se trouve des joueurs aléatoires. On pourra partir en chasse à 4 chasseurs maximum. Mais il est tout à fait possible de jouer seul bien que certains monstres très puissants seront très compliqués voir impossibles pour un joueur seul. D’ailleurs, les quêtes de l’histoire ne sont jouables qu’en solo. Deux possibilité s’offre à nous pour constituer un groupe de chasse. Soit le groupe est formé avant le départ en mission, généralement avec des amis, soit, lors d’une mission si le défi nous semble trop élevé, il est possible de lancer une fusée de détresse pour appeler à l’aide. Un autre chasseur présent dans la session pourra y répondre et venir nous aider.

 

Monster-Hunter-World-PS4-Sony-Capcom-Screenshot05Visuellement, le jeu est plutôt beau et fluide en toute circonstance si on fait abstraction des animations faciales un poil ratées. Les monstres sont beaux, bien animés et détaillés, bien que certains designs de monstres soient plutôt curieux. Niveau musique c’est également du tout bon autant pour les musiques d’exploration, que pour les musiques de combat. Coté doublage, encore une fois le jeu propose pas mal de choix. Il est ainsi possible d’avoir les doublages en français, en anglais ou même en langue Monster Hunter qui semble un peu dérivée du Japonais (ce qui est logique) mais également d’autres langues. Dans l’ensemble, les doublages sont plutôt bons bien que j’ai une préférence pour la version anglaise. Enfin, le jeu, comme tous ceux de la série, propose une durée de vie astronomique. Il faudra une bonne trentaine d’heure pour finir ne serait-ce que l’histoire et comptez plusieurs centaines d’heures pour finir toutes le quêtes, chasser tous les monstres et récupérer tous les équipements. Et puis bon, rien n’empêche, une fois qu’on a tout fait de juste partir en chasse pour le plaisir.

On ne la présente plus, la série des jeux Monster Hunter. Faites le test auprès de vos proches amateurs de jeux, ils vous répondront probablement "Ah oui, le jeu où on tue des monstres avec des armes disproportionnées ?" Et ils n'auront pas tout à fait tort. Il s'agit d'un RPG-action tactique en monde semi-ouvert où le but sera de chasser des monstres toujours plus gros et dangereux. Et comme je ne suis pas un expert de la série, je ne vous parlerai pas de ce qu'apporte le jeu à la série ou des nouveautés mais seulement de ce que…

Ce qu'il faut en retenir

Ce Monster Hunter est un bon jeu d'aventure pour qui aime le challenge et des combats longs et parfois redondants. Le jeu propose de nombreuses options pour adapter son personnage à son style de jeu. Et bon, visuellement c'est pas dégueux non plus, ça n'enlève rien.


GG :
C'est beau
Une durée de vie astronomique
Des monstres variés
Un monde vivant
Beaucoup de choix de personnalisation
Les Palicos
Bons doublages

Pas GG :
Des combats très longs (après certains disent que c'est une qualité)
Parfois redondant
Une histoire très sommaire
Un challenge élevé
Note des geeks : Soyez le premier à noter !

A propos de RomainDesBois

RomainDesBois
Ermite vivant dans sa caverne au milieu de matos informatique et jeux vidéo en tout genre. N’aime pas le soleil, sortir ou les gens en général. Le seul moment où je sors c’est pour aller au cinéma ou dans un parc d’attraction. Et oui, en plus je suis paradoxal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.