Accueil > Jeux Vidéo > Tests Jeux Vidéo > Metal Gear Rising Revengeance – Le test à la découpe

metal-gear-rising-revegeance-test-review-konami-platinum-games-kojima-raiden

Metal Gear Rising Revengeance – Le test à la découpe

Mon histoire avec Raiden avait très très mal commencé. Déjà, je n’aime pas les blonds, alors forcément. Et en plus, dans MGS 2, j’étais frustré de me le coltiner alors que moi, je voulais Snake. Point barre. Depuis ce jour, je ne le portais pas du tout dans mon coeur.  Puis j’ai entendu parler de Metal Gear Rising Revengeance, spin off de MGS avec cette blonde en tête d’affiche. Mouais. Puis un jour, je l’ai testé en preview. Oh le coup de sabre dans la tronche que j’ai pris…

 

metal-gear-rising-revengeance-kojima-konami-test-review-platinum-games-screenshots

On peut dire que le développement de ce Metal Gear Rising a été assez chaotique. Entre les changement d’équipe, de scénar, de gameplay, de tout en fait, jusqu’à l’annulation du titre, on y croyait plus. Et PlatinumGames est passé par là, me faisant me questionner sur le fait que chez Platinum, on aime les jeux d’action survolté, du coup, ça donne quoi dans un univers comme celui de Metal Gear ? Et bien ça donne bien ! Très bien même. J’avais été emballé par la preview et du coup, je n’attendais qu’une chose, avoir le jeu entre les mains.

 

 

metal-gear-rising-revengeance-kojima-konami-test-review-platinum-games-screenshotQuatre année se sont écoulées depuis MGS 4 et Raident bosse désormais comme garde du corps pour Maverick Security et se voit donner la protection d’un ministre africain qui se fait enlever malgré ses efforts par un commando de mercenaires, les Desperado. Et il prend cher le Raiden, après un combat musclé contre  Samuel Rodrigues qui le laisse pratiquement pour mort. Il sera sauvé par son organisation et « augmenté » si je peux dire. Niveau scénario, on reconnait bien sur la patte du maître entre complot, terrorisme, liberté… Kojima nous rappelle qu’on est bien dans l’univers de Metal Gear même si c’est quand même bien plus bourrin. L’action est souvent coupé par des cinématiques, ce qui augmente l’immersion et nous avons droit aux fameux papotages plus ou moins long via le fameux codec. Il y a même quelques phase d’infiltration qui font sourire (où l’utilisation de la réalité augmenté, qui permet de voir en autre à travers les murs, est de mise afin de voir les déplacements de vos ennemis)  mais on reste quand même dans un bon gros jeu d’action avec le gameplay qui va avec !

 

metal-gear-rising-revengeance-kojima-konami-test-review-platinum-gamesParlons-en du gameplay ! Le jeu se prend en main assez rapidement une fois qu’on a compris le mode katana, c’est un vrai plaisir de découper tout ce qui passe. C’est nerveux, dynamique et le mode Katana vous permet de découper en rondelle les ennemis (ou les arbres…). Raiden est souple comme un chat et quand il se lance dans son NinjaRun, il passe automatiquement les obstacle qui se posent devant lui et évite les balles grâce à son épée et ça c’est super classe. Les combos s’enchaînent à une vitesse hallucinante mais n’aller pas penser qu’il s’agit simplement de bourriner sinon, vous aller souvent mourir. La parade est très importante. Et n’allez pas penser que vous pouvez découper tout et tout le monde avec votre mode Katana parce que déjà d’une, ça use l’énergie de votre épée et parfois, il vous faudra affaiblir vos ennemis avant de pouvoir le lancer. Dans ces cas là, les zones fragiles du corps apparaissent en surbrillance. Une fois affaibli, sur certaine partie du corps et en appuyant sur la bonne touche au bon moment, vous pourrez faire de chouette finish move et vous emparer de « l’énergie » de vos adversaires afin de recharger votre vie et votre katana et ça s’appelle  le Zandatsu. Ainsi vous engrangez des PC à la fin des combats vous permettant d’améliorer votre armure et votre épée et même apprendre de nouveau combos.

 

metal-gear-rising-revengeance-platinum-games-konami-kojima-review-testGraphiquement, c’est joli sans exploser la rétine, on reconnait très bien l’univers de M.Kojima. La musique est punchy et colle bien avec le jeu et son action survitaminée. Les bruitages sont quand à eux excellents et les doublages sont correctes. Bon par contre la caméra a tendance à se perdre des fois et pendant un combat, ça peut vite énerver. Elle perd les pédales et vous ne savez plus où vous êtes… L’IA est tantôt juste comme il faut et tantôt à la ramasse, ce qui frustre un peu pendant les phase d’infiltration. Pour certains le jeu va sembler court (environ 7h pour les plus fort que moi), donc si vous êtes balèze, comment direct par un mode difficile.

 

Mais il sera vraiment dommage de passer à côté de ce Metal Gear Rising : Revengeance. Les combats sont jouissifs  le gameplay au top même si la caméra se perd parfois.  Et Raiden est enfin digne de rentrer dans mon panthéon des héros top classe. A posséder dans son étagère !

 

 

Mon histoire avec Raiden avait très très mal commencé. Déjà, je n'aime pas les blonds, alors forcément. Et en plus, dans MGS 2, j'étais frustré de me le coltiner alors que moi, je voulais Snake. Point barre. Depuis ce jour, je ne le portais pas du tout dans mon coeur.  Puis j'ai entendu parler de Metal Gear Rising Revengeance, spin off de MGS avec cette blonde en tête d'affiche. Mouais. Puis un jour, je l'ai testé en preview. Oh le coup de sabre dans la tronche que j'ai pris...   On peut dire que le développement de ce Metal Gear Rising a…

En gros, ce qu'il faut retenir

Katana d'Or

Note des geeks : Soyez le premier à noter !

A propos de Shoop

Shoop
Adepte de la danse de l’eau et des boules de feu en tous genres. N’aime ni le soleil, ni les endroits avec du monde dedans sauf Disneyland où elle vit une partie de l’année. Elle voue un culte sans limite au mec au bouclier de chez Marvel et ne s’est toujours pas remise du départ à la retraite de Chris Metzen.

Un commentaire

  1. cassandra

    regardé se film realisé par fouad farren et sont équipe le cosplay de jack raiden français

    http://www.youtube.com/watch?v=0BPJ31EUsL8

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.