Accueil > Jeux Vidéo > Tests Jeux Vidéo > Borderlands : The Pre-Sequel – Le test où on invente des mots

borderlands-the-pre-sequel-Gearbox-2k-review-test-cover

Borderlands : The Pre-Sequel – Le test où on invente des mots

borderlands-the-pre-sequel-gearbox-2K-test-review-01Après deux épisodes plutôt réussis, la série des Borderlands nous revient avec un épisode charnière, suite de Borderlands 1 (sequel) mais précédant Borderlands 2 (prequel) d’où le terme de pre-sequel. Le jeu nous narrera donc l’histoire de chasseurs de l’arche alors que le beau Jack, qui n’est alors que Jack tout court, n’est pas encore le despote haïs de tous  mais un « simple » employé d’Hyperion aux dents longues et au langage toujours aussi ordurier et où Claptrap ne voue pas encore une haine farouche à Jack et réciproquement. Les chasseurs de l’arches sont convoqués par Jack pour chercher une relique sur la lune de Pandore, Elpis. Comme d’habitude, rien ne va se passer comme prévu et il faudra improviser. Comme à chaque nouvel épisode, quatre nouveaux personnages jouables font leur apparition. Mais il ne s’agît pas non plus d’inconnus pour ceux ayant joué aux précédents épisodes. Nous avons donc Wilhelm, le tueur à gage, Athéna, la gladiatrice, Nisha, la justicière et enfin, Claptrap, le Fragtrap.

Forcément, j’ai choisi Claptrap bien que le jeu ait à de nombreuses reprises essayé de m’en dissuader en présentant le personnage comme une blague. Et bien justement, on est dans Borderlands et le décalé règne en maitre. Claptrap me semblait donc tout indiqué. C’est un héros totalement random et hilarant. Sa capacité principale lui fait déclencher aléatoirement des bonus/malus tirés des différents chasseurs des 3 jeux qui peuvent soit le rendre surpuissant quelques instants soit mettre une pagaille sans nom. Claptrap est également très utile en coop avec un arbre de talents spécialement dédié qui permet des bonus sur l’ensemble du groupe mais à la manière de Claptrap, c’est à dire très lourd. Manque de bol, je joue en solo. Mais il dispose tout de même d’un arsenal de talent pour le solo mais encore une fois tout fleure bon la blague bien que géré correctement il peut devenir particulièrement meurtrier. Et puis bon, juste pour les petites réflexions débiles tout au long du jeu, Claptrap vaut le détour. Après niveau gameplay, on reste dans du classique Borderlands avec ses armes, équipemants, boucliers, etc. Du coté des nouveautés, comme on est sur une lune, la gravité est moindre et permet des sauts plus hauts et longs. L’atmosphère est également non respirable et il faudra obtenir des kits d’oxygène pour pouvoir se déplacer entre les avant-postes alimentés en air, oui, même si on est un robot. Mais les kits d’oxygène ne serviront pas qu’à ça. Il permettent également de faire un deuxième saut et de fondre sur ses ennemis pour les écraser en leur infligeant de lourds dégâts. Des bonus de dégâts sont également possibles lorsque l’on se trouve en l’air. Le bestiaire a lui aussi été revu apportant de nouvelles créatures à flinguer. Et deux nouveaux types d’arme font leur apparition, le laser et la glace mais celles-ci ne changent pas foncièrement le gameplay bien établi depuis deux jeux.

 

borderlands-the-pre-sequel-gearbox-2k-test-review-02Coté technique, le moteur du jeu commence sérieusement à vieillir bien que le cell shading lui permette de rester agréable à regarder. Les musiques sont plutôt bonnes dans l’ensemble et les doublages sont toujours excellents.

J’aimerais conclure en signalant que pendant mon test, j’ai rencontré de nombreux problèmes de freezes de mon affichage. Je ne sais pas s’il s’agît d’un problème généralisé ou si c’est dû uniquement à mon système donc ça n’aura pas d’influence sur la note finale mais il me semble normal de la signaler étant donné que j’ai rencontré les mêmes problèmes sur Borderlands 2. Il semblerait que le jeu provoque une surchauffe et un plantage de ma carte graphique alors que des jeux bien plus gourmands ne posent aucun problème actuellement. Il est bon de noter que ma carte graphique possède un chipset AMD et que le jeu est optimisé pour Nvidia. C’est peut-être une explication.

Après deux épisodes plutôt réussis, la série des Borderlands nous revient avec un épisode charnière, suite de Borderlands 1 (sequel) mais précédant Borderlands 2 (prequel) d'où le terme de pre-sequel. Le jeu nous narrera donc l'histoire de chasseurs de l'arche alors que le beau Jack, qui n'est alors que Jack tout court, n'est pas encore le despote haïs de tous  mais un "simple" employé d'Hyperion aux dents longues et au langage toujours aussi ordurier et où Claptrap ne voue pas encore une haine farouche à Jack et réciproquement. Les chasseurs de l'arches sont convoqués par Jack pour chercher une relique sur la lune de…

En gros, ce qu'il faut retenir

Borderlands : The Pre-Sequel est un jeu fantabuleux et un bon défouloir bien que chiche en véritables nouveautés de gameplay. Mais il conserve les forces et l'esprit décalé et complètement WTF des précédents alors qui s'en plaindrait. Il plaira particulièrement aux fans des deux précédents épisodes vu qu'il apporte pas mal d'éléments pour comprendre l'enchainement entre les deux précédents épisodes et je conseillerait d'ailleurs de faire les deux autres avant de faire celui-ci car les références pleuvent.


GG :
Toujours aussi débile
Claptrap jouable
Doublages de qualité
Fait le lien entre les deux autres épisodes

Pas GG :
Le moteur graphique commence à dater
Pas beaucoup de réelles nouveautés de gameplay
Note des geeks : Soyez le premier à noter !

A propos de RomainDesBois

RomainDesBois
Ermite vivant dans sa caverne au milieu de matos informatique et jeux vidéo en tout genre. N’aime pas le soleil, sortir ou les gens en général. Le seul moment où je sors c’est pour aller au cinéma ou dans un parc d’attraction. Et oui, en plus je suis paradoxal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.