Accueil > Jeux Vidéo > RocketBirds : Hardboiled Chicken
rocketbirds-hardboiled-chicken-pc-steam

RocketBirds : Hardboiled Chicken

RocketBirds : Harboiled Chicken est un jeu action/plateformes en 2D très typé cartoon sur fond de musique rock’n’roll et à l’humour décalé développé par le studio indépendant Ratloop. Le scénario est simple hein, un régime totalitaire pingouin impose le règne de la terreur sur Albatropolis, vous incarnez Hardboiled Chicken et vous partez en guerre contre Putzki le dictateur et sa garde personnelle constituée de poulets clonés. Voilà, c’est aussi simple que ça.

Chicken Run

rocketbirds-hardboiled-chicken-screenshots-steam-ratloopVous démarrez l’aventure sur une cinématique qui vous raconte l’histoire sur une musique du groupe New World Revolution et le son colle très bien au style graphique du jeu. Pendant les cinématiques, point de dialogue, tout s’anime avec la musique et j’ai trouvé ça vraiment bien fait, genre clip vidéo indé. Vous voilà donc partie en guerre, arme au poing et vous défouraillez tous les poulets qui se trouvent sur votre chemin. L’ambiance est sombre, les couleurs sont assez ternes histoire de vous plonger dans l’ambiance et les décors se fondent parfois dans l’obscurité. Eh oh, on nage dans la dictature des pingouins ! Mais du coup, cela met en avant les drapeaux et affiches de propagandes. Les décors sont assez peu variés (sauf sur la fin où l’on visite autre chose que des couloirs de bâtiments  industriels) mais le rendu « on est en temps de guerre » est vraiment bon, le tout avec beaucoup d’humour.

L’attaque des Clones

rocketbirds-hardboiled-chicken-screenshots-steamLes ennemis par contre sont assez similaire, le character design est chouette mais tout vos adversaires se ressemblent. Côté gameplay, il y a trois phases de jeu : les gunfights au sol où votre héros peut rouler, se baisser, courir et pousser, les passages aériens jetpack au dos et la résolution d’énigmes. Le jeu est fluide, facile à prendre en main. Vous disposez d’une jauge de santé, qui descend assez vite et que vous pouvez remplir à l’aide de caisses disséminées un peu partout, comme les munitions, ce qui rend le jeu un peu plus facile. Plusieurs armes sont à votre disposition vidant plus ou moins rapidement votre jauge de munitions en fonctions de sa puissance et le but consiste à martyriser votre bouton de tir pour tuer les ennemis. Mais les combats aériens en jetpack arrivent au bon moment histoire de casser la routine : vous devez éliminer des vagues d’ennemis et éviter les missiles, le tout avec une caméra éloignée qui rend un peu les combats brouillons et les tirs peu précis.  Ici aussi vous avez droit à des caisses de santé et munitions. Quand aux phases d’énigmes, il s’agit surtout de pousser des caisses et les amener au bon endroit afin de débloquer un passage ou de trouver des cartes d’accès. Pas de quoi vous filez la migraine ! Vous avez également le Brain Bug qui vous permet de prendre possession d’un adversaire et de vous faufiler à travers les ennemis, ce qui peut vous sortir de situations difficiles.

A deux, c’est mieux ?

rocketbirds-hardboiled-chicken-screenshotsRocketBirds : Harboiled Chicken vous propose un mode coop. Vous revisitez les tableaux du mode solo mais dans un but différent : il faut sauver non pas le soldat Ryan mais la fille du général. Vous vous aidez mutuellement pour grimper à des endroits difficile d’accès ou actionner des interrupteurs. Le jeu en coop est vraiment fun et apporte un second souffle au jeu. Tiens j’ai oublié la durée de vie qui avoisine une dizaine d’heure si on inclut mode solo et mode coop. Ce qui est pas trop mal pour un jeu à une dizaine d’euros. J’ai apprécié l’aventure et l’humour du jeu, il se laisse parcourir avec plaisir  et le style graphique et les musiques sont chouettes. Bref, j’ai passé un bon moment.

En gros, ce qu'il faut retenir

Note

User Rating: Be the first one !

A propos de Shoop

Adepte de la danse de l’eau et des boules de feu en tous genres. N’aime ni le soleil, ni les endroits avec du monde dedans sauf Disneyland où elle vit une partie de l’année. Elle voue un culte sans limite au mec au bouclier de chez Marvel et ne s’est toujours pas remise du départ à la retraite de Chris Metzen.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.