Mars-Horizon-Irregular-Corporation-Auroch-Digital-Logo

Mars Horizon sur Switch – Notre avis à 36 000 Km

Mars-Horizon-Irregular-Corporation-Auroch-Digital-Screenshot07

Bon, je voulais faire un test vidéo de ce jeu mais finalement, mon installation ne me le permet pas. Vous allez donc devoir me lire. Je sais, c’est dur. D’autant qu’il y a beaucoup de chose à dire. Je vais vous parler d’un petit jeu sorti un peu en catimini mais qui vaut le coup d’œil malgré tout. Il s’agit de Mars Horizon qui est édité par The Irregular Corporation à qui on doit déjà l’original PC Building Simulator. Dans le jeu, on prend le control d’une agence spatiale pour l’emmener des années 50 et les balbutiements du voyage dans l’espace jusqu’à la conquête de Mars. C’est d’ailleurs l’objectif principal de chaque partie, s’établir sur la planète rouge en premier.

En début de partie il nous faudra choisir parmi plusieurs agences spatiales connues comme la NASA ou l’ESA qui ont des caractéristiques prédéfinies ou bien en créer une de tout pièce. Il faudra ainsi sélectionner un nom, un logo, et des avantages. Et là, les puristes pourraient un peu tiquer. Comme je l’ai dit plus haut le jeu débute dans les années 50, hors à cette période là, l’ESA n’existe tout simplement pas. L’ESA fut créée en 1975 lors de la fusion de deux agences européennes existante depuis 1950. C’est un des exemples de simplification qu’ont opéré les développeurs malgré le fait que le jeu a été développé en partenariat avec l’ESA pour garder une base scientifique.

Mars-Horizon-Irregular-Corporation-Auroch-Digital-Screenshot01

Une fois l’agence sélectionnée, la conquête commence. Et pour pouvoir etre la première agence à arriver sur Mars, il faudra beaucoup de chemin. Pour se faire il faudra remplir des missions avec succès, rechercher des technologies et recruter les spationautes qui participeront aux missions habitées. Commençons par les recherches qui sont le pilier du jeu et de la progression. Elles se répartissent en 3 catégories : les recherches de missions, les recherches de bâtiments et les recherches de véhicules. Et il faudra équilibrer ses recherches dans les 3 catégories au risque de se retrouver coincé plusieurs mois ou années (dans le jeu hein pas en vrai) si on a pas anticipé les besoins pour une certaine mission. Même si leur nom est assez clair, passons en revue les différentes catégories de recherches. Les recherches de missions représente toutes les technologies et connaissances nécessaires à la réalisation de la mission un fois l’atmosphère terrestre quittée. On trouvera donc les recherches d’étapes, dirons-nous, qui représentent tous les calculs de trajectoire de poussée, etc. nécessaires regroupés en une seule recherche et les recherches de charges utiles. La charge utile est l’objet qui sera effectivement envoyé dans l’espace pour effectuer la mission. Ca peut être un satellite, une sonde ou un module habitable par exemple.

Les recherches de bâtiments correspondent au développement de la base de l’agence. Les bâtiments permettent d’améliorer des éléments de l’agence comme réduire les coûts ou les temps de productions des véhicules par exemple ou de débloquer des éléments du jeu comme par exemple les plateformes de lancement de plus en plus grandes ou le centre de formation qui permet de recruter des spationautes. Une fois le bâtiment recherché, il faudra le placer sur la base en faisant attention aux interactions avec les autres bâtiments. Certaines interactions sont bénéfiques, d’autres non. Chaque bâtiment coutera un certain montant et prendra un certain nombre de mois pour être construit. D’où le fait d’anticiper les besoins pour pas se retrouver coincé. Enfin, les recherches de véhicules concerne les fusées qui sont séparées en deux catégories principales : les propulseurs et les étages supérieurs. On y retrouve aussi les vaisseaux spatiaux qui ont un fonctionnement un peu particulier mais on le verra plus bas.

Mars-Horizon-Irregular-Corporation-Auroch-Digital-Screenshot04
Vue système solaire

Parlons ensuite des missions en elles-mêmes. Elles sont séparées en deux catégories. On trouve d’abord les missions principales appelées Étapes Importantes dans le jeu. Elles représentent les principales étapes dans la conquêtes de l’espace historiquement parlant. Malgré cela, elles ne sont pas toute obligatoires pour arriver à la colonisation de Mars. Et il n’est pas nécessaire non plus de les réaliser dans l’ordre où elles sont arrivées historiquement. On trouvera par exemple dans ces étapes le premier lancement réussi d’une fusée ou l’atterrissage sur la lune (du coup c’est un alunissage et pas un atterrissage.) Pour réaliser ces missions il faudra rechercher des technologies comme expliqué plus haut. Certaines sont obligatoires. Ce sont les recherches de mission. D’autres sont juste conseillées et concernent principalement les véhicules qui peuvent être utilisés lors de la mission. Les missions principales se caractérisent aussi par un classement des différentes agences. Plus on termine la mission avant les autres agences, plus elle rapporte. Il y a ensuite les missions secondaires qui sont appelées Requêtes dans le jeu. Ces missions permettent de développer l’agence avec des technologie déjà validées lors de mission principales. Par exemple, une fois l’Étape Importante Imagerie Satellite effectuée il sera possible d’effectuer des missions de photographie de la terre par exemple. Ainsi, aucune technologie de missions n’est obligatoire pour ces Requêtes étant données qu’elles ont déjà été recherchées pour l’Étape Importante correspondante. Elle peuvent cependant avoir également des recommandation de recherches non obligatoires.

Mars-Horizon-Irregular-Corporation-Auroch-Digital-Screenshot05
La charge utile

Chaque mission rapportera plusieurs ressources. La première est le soutien qui détermine l’adhésion du public et du gouvernement au travail de l’agence. Le soutient total détermine le budget alloué à l’agence chaque mois. Attention, car un échec lors de la mission fera baisser le soutien et peut donc faire baisser le budget de l’agence. La deuxième ressource est la recherche qui permet comme son nom l’indique d’effectuer les recherches dont j’ai parlé plus haut. Il peut ensuite y avoir d’autres récompenses comme des points de relation avec une autre agence quand il s’agit de mission conjointe mais également des technologies uniques que l’on pourra utiliser sur les lanceurs.

Les missions se déroulent toutes de la même façon. Il faudra d’abord construire une charge utile liée à la mission. Ensuite il faudra construire un lanceur adapté. Pour cela il faut choisir un étage supérieur en fonction du poids de la charge utile et choisir un propulseur adapté au poids de l’étage supérieur. Et là on peut s’amuser à faire des mélanges exotiques avec, par exemple, un propulseur totalement surdimensionnés par rapport à l’étage supérieur. Par très réaliste mais amusant. Certains propulseurs peuvent même etre agrémenté de boosters supplémentaires pour augmenter leur puissante et leur fiabilité. Car oui, chaque élément possède une fiabilité que ce soit la charge utile ou les différents éléments du lanceur et plus elle est basse plus le risque d’incident ou d’accident est important. A coté des lanceurs, on trouve également des vaisseaux spatiaux qui ont la particularité d’être des éléments complets, on ne choisit pas l’étage supérieur ou le propulseur, et d’être en partie réutilisable. En revanche, les développeurs ont choisi de ne pas intégrer (ou ils n’ont pas eu le droit) les lanceurs de SpaceX comme les Falcon 9 ou Heavy qui possèdent un ou des propulseurs réutilisables. Chaque élément, la charge utile et le lanceur, coutera un certain montant d’argent et nécessitera un certain temps pour être produit.

Mars-Horizon-Irregular-Corporation-Auroch-Digital-Screenshot02
Construction du lanceur

Une fois tout construit, il faudra planifier le lancement du véhicule. Il faudra donc choisir la date sachant que certaines dates seront optimales, d’autres sous-optimales et enfin certaines interdites. Les dates de lancement optimales n’impacteront pas le lancement quand les sous-optimales réduiront drastiquement la fiabilité du lanceur. Et les interdites sont, et bien interdite. Impossible de programmer un lancement à ces dates. En revanche, pendant la durée d’attente avant le lancement, il sera possible d’utiliser des entrainements pour améliorer des élément comme la fiabilité du lanceur, celle de la charge utile ou bien augmenter les récompenses en soutien ou en recherche. Par contre, il est tout à fait possible de programmer le lancement le mois suivant la fin de la conception du lanceur ce qui me semble un peu trop rapide d’un point de vue réalisme mais ça permet de devancer les autres agences qui auraient pris un peu d’avance mais qui programment leurs lancements en 10 mois environ. Les conditions météorologiques peuvent aussi influencer la fiabilité du lanceur. Il est ainsi possible de poursuivre avec le lancement ou de choisir une nouvelle date.

Une fois le lancement effectué, on peut passer à la deuxième étape de la mission qui est la mission réelle de la charge utile. Cette étape peut se dérouler en plusieurs phases parfois séparées par plusieurs mois. En effet quand on envoie une sonde sur Mars, il faut déjà qu’elle arrive sur Mars et ça, ça prend un certain temps, en général environ 9 mois (ce qui est le temps de trajet réel.) Chaque phase est une sorte de puzzle game où il faut obtenir des ressources en en consommant d’autres. A chaque tour de jeu, on peut effectuer un certain nombre d’action qui vont transformer des ressources disponibles en d’autres. C’est dans cette étape là qu’interviendra la fiabilité de la charge utile. Chaque action aura une chance égale à la fiabilité de réussir. En cas d’échec, les ressources générées peuvent être réduites ou les ressources nécessaires augmentées. Mais il est possible de payer un point de ressource énergétique pour ignorer les effets de l’échec. Il est également possible d’obtenir une réussite critique qui augmentera les ressources générées. Il faut donc jouer stratégique pour atteindre l’objectif mais également compter un peu sur la chance. Certains éléments viendront compliquer la tache comme la gestion de la température, de la dérive ou de la poussée. Chaque phase possède un objectif principal qui, s’il n’est pas atteint, provoque l’échec de la mission et un objectif secondaire qui permet, s’il est atteint, d’augmenter les récompenses en cas de réussite de la mission.

Mars-Horizon-Irregular-Corporation-Auroch-Digital-Screenshot03
Une phase avec gestion de la température

Au début du jeu, il n’est possible d’avoir qu’une seule mission active au même moment mais en développant la base, il sera possible d’en effectuer plusieurs en parallèle. Et ce mécanisme rend le jeu un peu trop rapide. En effet, il est tout à fait possible de coloniser Mars avant la chute du mur de Berlin en multipliant les missions pour obtenir rapidement beaucoup de crédits et de science et en sélectionnant habilement les missions et recherches à effectuer. Dans ma partie actuelle par exemple, j’ai aluni en 1966 soit 3 ans avant la date réelle. Et je suis déjà bien engagé pour la course à la colonisation de Mars ayant déjà posé plusieurs modules sur la planète alors que je ne suis qu’en 1981 quand l’amarsissage du premier Rover martien date de 1997.

Ceux qui ont tenu jusque là, je vous félicite. J’avais dit qu’il y avait pas mal de choses à raconter. Mais, paradoxalement à la quantité d’information à ingurgiter pour pouvoir se lancer dans l’aventure, le jeu demeure relativement simple une fois les bases acquises, à condition d’être un poil organisé, le jeu proposant de plus des didacticiels plutôt bien faits qui permettent d’y rentrer assez facilement et de comprendre les différents éléments progressivement. Par exemple, pour ma part je n’ai eu aucun échec critique de lanceur qui explose au décollage seulement une mission échouée suite à une phase de charge utile où je n’ai pas réussi à atteindre l’objectif principal. D’ailleurs, sur pratiquement toutes les autres missions j’avais obtenu l’objectif secondaire. Le jeu peut donc devenir assez redondant pour qui n’est pas un amateur de conquête spatiale. Et un spécialiste du domaine le trouvera probablement beaucoup trop facile et peu réaliste. Car c’est bien un titre assez grand public qui veut démocratiser l’histoire de la conquête spatiale plutôt qu’une simulation pointue. Mais ce serait tout de même dommage de passer à coté tant le jeu est intéressant. Et le tout pour un petit prix qui plus est.

Mars-Horizon-Irregular-Corporation-Auroch-Digital-Screenshot06

Visuellement le jeu n’est pas fantastique d’autant plus sur Switch où il souffre, en plus, de quelques ralentissement en mode docké et en 1080p lors des phases de charges utiles. Mais les différents lanceurs ou charges utiles sont tout de même assez bien modélisés. Dommage par contre qu’il n’y ai pas plus d’animations lors des missions comme par exemple les séparations d’étages ou de boosters etc. lors des lancement ou au niveau des charges utiles comme le module Apollo qui effectue beaucoup d’actions dans les différentes étapes du voyage et certaines ne sont pas montrées comme le détachement du module de surface pour l’amarrer à l’avant du module orbital avant la descente ou le détachement de la capsule habitable du reste du module lors de l’entrée dans l’atmosphère terrestre. Pour ce qui est de la musique, plutôt atmosphérique (ahah, humour !) elle accompagne le jeu et l’ambiance spatiale mais ne restera surement dans les annales. Il en va de même pour le sound design qui est correct mais sans plus. En revanche, le jeu propose une encyclopédie plutôt fournie pour en apprendre plus sur les différents éléments et missions du jeu. Quand à la durée de vie, elle dépendra de votre attrait personnel. Finir une colonisation de Mars prend environ une grosse dizaine d’heures en ne fonçant pas non plus particulièrement. Mais il sera toujours possible de rejouer à un mode de difficulté plus élevé ou avec une autre agence et donc d’autres avantages. Mais le concept de base ne sera pas modifié et la rejouabilité en pâtira forcément.

Bon, je voulais faire un test vidéo de ce jeu mais finalement, mon installation ne me le permet pas. Vous allez donc devoir me lire. Je sais, c'est dur. D'autant qu'il y a beaucoup de chose à dire. Je vais vous parler d'un petit jeu sorti un peu en catimini mais qui vaut le coup d'œil malgré tout. Il s'agit de Mars Horizon qui est édité par The Irregular Corporation à qui on doit déjà l'original PC Building Simulator. Dans le jeu, on prend le control d'une agence spatiale pour l'emmener des années 50 et les balbutiements du voyage dans…

Ce qu'il faut en retenir

Coup de Cœur

Mars Horizon est une bonne introduction à l'histoire de la conquête spatiale. Suffisamment complet tout en restant relativement simple, il permettra de s'y intéresser sans en être dégouté par une difficulté trop élevée. D'autant qu'on est accompagné par des didacticiels très bien faits. Mais il souffrira forcément d'une faible rejouabilité. Et il ne faudra pas non plus s'arrêter à la forme car le fond vaut clairement le coup.


GG :
Une belle introduction à l'Histoire spatiale
Une encyclopédie complète
Un jeu très accessible
Des didacticiels de bonne facture

Pas GG :
Une réalisation limitée
Un peu redondant
Par mal d'incohérences historiques
Note des geeks : Soyez le premier à noter !

A propos de RomainDesBois

Ermite vivant dans sa caverne au milieu de matos informatique et jeux vidéo en tout genre. N’aime pas le soleil, sortir ou les gens en général. Le seul moment où je sors c’est pour aller au cinéma ou dans un parc d’attraction. Et oui, en plus je suis paradoxal.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.