Accueil > Jeux Vidéo > Hitman : Absolution, le test
hitman-assassin-chauve-costard

Hitman : Absolution, le test

hitman-absolution-test-infiltrationHitman, un grand nom du jeu d’infiltration qui revient enfin sur nos consoles et PC. Square Enix vient en effet de sortir Hitman : Absolution, ou le retour du grand chauve aimable dans une aventure remise au goût du jour en terme de gameplay. C’est un jeu excellent, attendu et qui fait honneur à la série, merci IO Interactive.

Tout commence par l’assassinat commandité de votre ancienne collègue par l’Agence nouvellement reformée. Une fois une balle dans le ventre, elle vous livre un secret concernant une jeune fille sous sa protection qui doit absolument être mise en lieux sûrs. Codename 47, froid, impassible, décide de s’occuper de cette dernière volonté et vous voilà parti dans un scénario mêlant infiltration, drogues, sexe et surtout beaucoup de personnages très charismatiques. De ce côté là on n’est pas déçu, ni de la version française qui est bien doublée.

C’est l’histoire de 47 qui va chez le barbier…

hitman-absolution-square-armesHitman ne se résume pas à un jeu où il faut tuer sans être vu, l’idée est carrément de s’infiltrer au cœur des places fortes ennemis pour faire disparaître le grand méchant. Comme dans les anciens épisodes, il faudra donc jouer avec plusieurs éléments pour arriver à ses fins. Tout d’abord les déguisements qu’on prend sur nos victimes, les armes improvisées comme un livre (oui je l’adore celui-là) ou plus commune comme un fusil à pompe. Enfin, il faudra surtout réussir à se faufiler, soit en distrayant un garde en balançant une brique, soit en étudiant de près les rondes. Mais tout cela est très accessible grâce à une bonne idée des développeurs : l’instinct d’assassin. D’une pression de touche on peut ralentir le temps, voir les ennemis au travers des murs et leur chemin, on peut aussi se planquer lorsqu’on est déguisé pour éviter de se faire repérer. Bref c’est une très bonne idée qui reste désactivée dans les modes de difficultés plus élevés.

Hitman, Batman, même combat, pas la même cravate

Si vous êtes vraiment débutant, vous pouvez passer en facile où il ne faudra guère faire attention pour évoluer, le mode normal débloque déjà les défis et les deux autres sont plus délicats, conseillés pour les maîtres assassins. En jeu vous trouverez beaucoup d’objets et d’éléments que vous pourrez utiliser dans les décors. Ainsi, on peut très facilement prendre une clé anglaise pour dérégler un câble électrique et tuer notre cible grâce à ça ! Hitman regorge de possibilités, toutes plus complexes et tordues les unes que les autres, et il reste important de faire les choses proprement. Un score s’affiche pour chaque mission, donnant ainsi une perspective de challenge à relever, tout comme les défis du style trouver toutes les armes du niveau ou ne jamais se faire voir.

La corde sensible du chauve

hitman-absolution-deguisement-egliseLe plaisir de jeu est donc présent dès la première prise en main, on en vient même à se refaire les missions pour essayer d’achever les bad guys de toutes les manières imaginables. Le point que je trouve dommage c’est la taille des niveaux. Souvent découpés en plusieurs parties, on a parfois l’impression d’être dans une salle de Portal dans laquelle il faut trouver la solution pour accéder tranquillement à la suivante, c’est pas top pour l’immersion. Par contre ce Hitman s’en sort très bien en durée de vie car l’histoire est plutôt longue, les challenges peuvent être épicés et le mode contrats permet de jouer de nouvelles missions tout le temps. Ce dernier étant simple à utiliser : vous assassinez quelqu’un dans un niveau, de la manière qu’il vous plaît, vous le publiez et les gens doivent refaire les choses aussi bien pour avoir un bon score.

IO Interactive a aussi mis l’accent sur des graphismes réalistes, des teintes chaudes, une ambiance très bien rendue aussi grâce aux voix des multiples passants. On se retrouve en fait souvent avec des dizaines de personnes autour de soit, pratique pour se dissimuler mais moins pour tuer parce que 47 n’est pas Ezio et ne peut pas tuer en passant avec sa lame secrète. Au final Hitman : Absolution est une vraie bonne surprise, fermant la marche des trois jeux d’assassins de cette année. Un titre qui vise large mais bien, je le conseille vivement.

 

En gros, ce qu'il faut retenir

Note

Cravate de platine

User Rating: Be the first one !

A propos de Loglis

Créateur du site et rédacteur, j'adore les mangas, le Japon et les jeux vidéo. Geek depuis l'enfance, je le clame haut et fort tandis que je donne mon avis, parfois subjectif sur cette passion :)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.