Accueil > Coin Lecture > Avis Lecture > Roman Spooky – Paris Z Week – Notre avis
paris-z-week-spooky-gulf-stream-editeur-zombie-2

Roman Spooky – Paris Z Week – Notre avis

Quoi de mieux que la période d’octobre et l’arrivée d’Halloween pour se plonger dans les livres qui font peur ? C’est maintenant que Gulf Stream Editeur a décidé de lancer sa collection Spooky et son Spooky Tensiomètre (ça vous donne la tendance de savoir si vous allez avoir les miquettes un peu ou beaucoup ^^) avec ce premier roman, Paris Z Week, disponible depuis le 7 octobre. Aurélie Gerlach nous embarque dans une histoire de zombies sur fond de crise actuelle.

Le journal du soir – Flash info

« Surréaliste, atroce, apocalyptique… Le lancement de la crème de beauté Selenium continue de faire parler de lui. L’actrice et influenceuse Neomi Swan, égérie de la marque, en a documenté l’horreur absolue sur Instagram. Les images montrent les invités pris de pulsions sanguinaires, menant des attaques d’une violence inouïe. On y distingue du sang, et des morceaux de chair humaine jonchent le sol. Une scène digne d’un film de zombies ! Le gouvernement a placé la zone en quarantaine, exhortant même à utiliser la violence si la confrontation avec un infecté est inévitable. Impossible d’en savoir davantage ! Combien de morts ? Que deviennent les personnes barricadées dans la zone ? Les fans de l’actrice réclament déjà un rapatriement… »

Conseillé à partir de 13 ans, ce livre arrive à la bonne période. Octobre est connu pour les célébrations qui font peur. Mais aussi pour l’automne qui est là et qui nous donne juste envie de prendre un plaid, une tisane et un livre. En écoutant le feu crépiter si on a une cheminée.

Nous commençons le livre avec cette pauvre Neomi Swan, actrice et influenceuse en bien mauvaise posture. La présentation de la nouvelle crème de beauté Selenium a viré au total cauchemar. Les gens se transforme en zombie avide de chair. Mais elle n’oublie pas de partager tout ça sur son Instagram ! Et oui, faut du like. Elle se retrouve avec deux rescapé , Jude, l’activiste écolo et Tim, le jeune homme assez mystérieux. Et ils ne semblent n’avoir absolument rien en commun… Et pourtant, ces trois là vont devoir composer pour essayer de se sortir de la, essayer de comprendre ce qui se passe. Sans oublier les réseaux sociaux pur notre égérie !

Par où commencer ? Déjà par la lecture en elle même. J’ai adoré. Malgré un humour omniprésent et un livre destiné à un public jeune, le sujet fait assez écho à notre époque avec un bon grincement de dent. Entre la crise que nous traversons actuellement, la société de consommation, les grands médias qui ont tendance à déformer l’info et bien sûr les réseaux sociaux, ce livre est une jolie critique de notre société actuelle. Où le paraitre passe avant le reste, faut faire grimper sa popularité !! Le ton est donné et la course au buzz est ouverte.

L’autrice nous embarque dans son livre comme on regarderait un film : c’est sans pause, c’est haletant et on aime l’évolution des personnages. On veut savoir ce que trafique Tim, on aimerait que Neomi soit moins agaçante et pareile pour Jude qui est forcément l’opposé de notre miss monde mais qui a ses côté grrrr… Mais leurs évolutions sont vraiment sympa et l’humour au milieu de cette tragédie est justement dosé. Parce que c’est quand même pas bien marrant de se retrouver complètement bloquer dans un quartier de Paris remplis de zombies qui attaquent de nuit. Mais de jour, le danger est aussi là, parmi une certaine jeunesse qui s’ennuie et qui veut se donner des sensations fortes dans ce lieu de non-droit. Et ça, ça fait assez froid dans le dos. Certains passages marquent plus que d’autres.

En résumé, Paris Z Week est un très bon roman, que l’on soit jeune ou moins jeune. Le ton est parfois cinglant mais résume bien ce qui se passe dans nos sociétés actuellement. Lecture parfaite en cette période d’Halloween !

A propos de Shoop

Adepte de la danse de l’eau et des boules de feu en tous genres. N’aime ni le soleil, ni les endroits avec du monde dedans sauf Disneyland où elle vit une partie de l’année. Elle voue un culte sans limite au mec au bouclier de chez Marvel et ne s’est toujours pas remise du départ à la retraite de Chris Metzen.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.