Accueil > Coin Lecture > Avis Lecture > Roman – La Dernière Province, tome 1 : Le Manoir Archenias – Notre avis
anouchka-labonne-la-derniere-province-tome-1-le-manoir-archenias-livre-lecture-uchronie-review-avis-chronique-2

Roman – La Dernière Province, tome 1 : Le Manoir Archenias – Notre avis

Tout d’abord, merci à l’autrice d’avoir mis un TW / trigger warning / avertissement au début du livre. Très peu le font et pourtant, ça serait tellement bien. On nous prévient que certaines scènes peuvent être difficile (humiliation, punition…) et pour un public averti (scène de sexe). C’est assez rare pour être souligné. Mais revenons à ce premier tome de La Dernière Province : Le Manoir Archenias d’Anouchka Labonne aux éditions Voy’el.

Depuis que l’empire de Fréane a colonisé la péninsule d’Uria, plus aucun autochtone de cette province ne naît libre. Sao est l’un d’entre eux. Lorsqu’il est vendu aux enchères pour la neuvième fois, il voit sa vie basculer d’une manière inattendue. Finis les travaux pénibles et les hébergements insalubres : au manoir Archenias, Sao goûte à une liberté jusque-là inespérée. Amitiés nouvelles, petits privilèges, son quotidien semble désormais bien éloigné de celui d’un simple esclave de labeur. Même le caractère inquiétant et imprévisible de son maître, qui utilise sa position pour l’humilier au moindre prétexte, ne semble pouvoir lui faire regretter sa vie d’avant. Mais lorsque l’occasion de se battre pour la liberté, la vraie, se présentera à lui, Sao saura-t-il renoncer à ses acquis et surmonter ses peurs pour se joindre à la révolte ?

Nous voilà embarqué avec Sao, un esclave vendu pour la neuvième du fait qu’il ne se comporte pas toujours comme il faut. Et sa plus grande crainte, c’est de se retrouver au chantier, là où, pour lui, une mort certaine l’attend. Mais cela semble changer quand il est acheté par un maître qu’il ne voit pas ni ne connaît et se retrouve au Manoir Archenias. En effet, Sao va connaitre un traitement différent de ce qu’il a connu, une certaine forme de respect et de “liberté” même si on lui rappelle sa place par moment. Mais le maître va lui confier des responsabilités et sa vie va changer du tout au tout. Avec lui se trouvent les employés du maitre, qui ont forcément un statut plus important que le sien.

Ce sont de nouvelles amitiés qui vont se créer, de l’amour aussi, du moins le début d’une histoire. Ces moments de vie sont parfois touchants mais parfois durs aussi, la vie d’esclave n’est pas du tout rose et il est parfois difficile de savoir ce que le maître des lieux désire tant il peut passer d’une humeur à l’autre. On ne sait pas vraiment si l’on doit le détester ou l’apprécier !

Sao passera par tout un tas d’émotions rêvant de liberté mais en même temps, il ne faut pas perdre ce travail car au final, cela pourrait être bien pire. Les différents personnages que nous rencontrons sont attachants et bien écrits. Même le maître qui est assez complexe et peut changer d’humeur en un souffle est attachant d’une certaine manière. Disons que par moment, on aurait presque de la pitié pour lui.

On entend très peu parler de l’univers créé par l’autrice, ce premier tome se concentrant sur le manoir. Je ne souhaite pas (comme d’habitude !) rentrer en détails dans l’histoire mais j’ai été embarqué dans ce récit. Après le TW du début, je m’attendais à certains passages difficiles mais ils sont peu nombreux et renforcent certains aspects et conditions des personnages. Pareil pour les scènes de sexes, elles ne sont pas nombreuses et apportent une dimension au récit. La plume est fluide, agréable et j’ai trouvé ce roman original et inclusif sans que l’on sente que c’est fait parce qu’il faut le faire, bien au contraire, c’est bien écrit et on a du mal à se stopper.

Sao touche des doigts une liberté dont il rêve suite à des évènements qui clôture ce premier tome et on a envie de connaître la suite, de connaître son sort mais aussi celui de tous ceux qui se trouvent au manoir. Même celui du maître Archenias !

anouchka-labonne-la-derniere-province-tome-1-le-manoir-archenias-livre-lecture-uchronie-review-avis-chronique-1

A propos de Shoop

Avatar photo
Adepte de la danse de l’eau et des boules de feu en tous genres. N’aime ni le soleil, ni les endroits avec du monde dedans sauf Disneyland où elle vit une partie de l’année. Elle voue un culte sans limite au mec au bouclier de chez Marvel et ne s’est toujours pas remise du départ à la retraite de Chris Metzen.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.