Accueil > Coin Lecture > Avis Lecture > Perfect Crime, tome 3 – Notre avis

perfect-crime-tome-3-avis-review-critque-delcourt-tonkam

Perfect Crime, tome 3 – Notre avis

Avec Perfect Crime c’est toujours l’occasion de se replonger dans les méandres de l’esprit humain pour constater qu’on peut très facilement basculer du côté obscur. Comme je vous le disais pour les deux premiers tomes, dans ce manga de Arata Miyatsuki et Yuya Kanzaki, il est question d’un jeune homme louche, Usobuki, qui a la capacité d’hypnotiser les gens instantanément et avec une telle force qu’ils voient et ressentent des choses totalement surréalistes au point d’en mourir. Si ce personnage central est bien fait, sombre mais classe, il reste pour l’instant assez survolé, on ne connait pas son histoire, son but, tout juste nous connaissons sa passion pour les chats. Dans ce troisième tome on va parler un peu plus avec l’inspecteur qui le suit depuis le début du manga, mais encore une fois, le fil rouge du scénario ne se déroule pas, c’est vraiment dommage.

On enchaîne donc encore une fois les histoires courtes où la plupart du temps chacun et chacune se méprend sur l’autre, ce qui donne lieu à d’affreux scénarios catastrophes. Bien qu’amusantes, parfois alambiquées, ces petites scènes sont rapidement construites sur la même idée, ce qui nous fait entrevoir, au bout du troisième tome, la conclusion beaucoup trop vite. Le principe de Perfect Crime est très bon, très bien mis en scène, mais on doit absolument dépasser ce stade de petites histoires pour faire décoller tout ça.

Les mangakas ont tout de même du talent pour la mise en scène avec des drames dans tous les sens, des personnages qui partent dans des pics d’émotions incroyables et au final des pages vraiment intenses. Les dessins sont de qualités, vraiment soignés sur les visages, les colères ou les pleurs ainsi que les décors omniprésents. La découpe des cases fait plaisir aussi pour ne rien gâcher au plaisir un peu malsain de lire ces drames bien écrit. C’est finalement un petit plaisir coupable ce Perfect Crime, d’une belle qualité artistique mais qui doit décoller pour vraiment faire date.

 

perfect-crime-tome-3-avis-review-critque-delcourt-tonkam

Avec Perfect Crime c’est toujours l’occasion de se replonger dans les méandres de l’esprit humain pour constater qu’on peut très facilement basculer du côté obscur. Comme je vous le disais pour les deux premiers tomes, dans ce manga de Arata Miyatsuki et Yuya Kanzaki, il est question d’un jeune homme louche, Usobuki, qui a la capacité d’hypnotiser les gens instantanément et avec une telle force qu’ils voient et ressentent des choses totalement surréalistes au point d’en mourir. Si ce personnage central est bien fait, sombre mais classe, il reste pour l’instant assez survolé, on ne connait pas son histoire, son…

Ce qu’il faut en retenir

Perfect Crime ne dévoile rien de plus dans ce tome 3 et ne s’attarde même pas trop sur la psyché des personnages, on se contente déjà d’enchaîner les petits scénarios dramatiques. L’ensemble reste très agréable, très bien dessiné, très bien mis en scène, mais on en veut plus !

Note des geeks : Soyez le premier à noter !

A propos de Loglis

Loglis
Créateur du site et rédacteur, j'adore les mangas, le Japon et les jeux vidéo. Geek depuis l'enfance, je le clame haut et fort tandis que je donne mon avis, parfois subjectif sur cette passion :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.