Accueil > Coin Lecture > Avis Lecture > [Livres] Le Dôme de Stephen King – Nos impressions

[Livres] Le Dôme de Stephen King – Nos impressions

under-the-dome

 

Disponible en France depuis mars 2011 sous forme de deux tomes, le Dôme est à l’origine un seul et même livre intitulé : « Under the Dome« . Alors si on comprend plutôt bien l’anglais, l’achat en V.O. est fortement conseillé puisqu’il vous en coûtera entre 10 et 15 euros (10,71 € sur Amazon avec une livraison gratuite), tandis que la version française est proposée à 22 euros le tome, soit un total de 44 euros. Et là permettez-moi de crier au scandale : « AU SCANDALE ! »

Quelqu’un pourrait-il m’expliquer l’inflation de prix entre les deux versions ? Pourquoi avoir divisé le livre en deux tomes sans bien évidemment diviser le prix ? Je suis bien consciente du fait qu’il faille rémunérer le traducteur (et encore … il paraît qu’il a fait un travail de cochon) mais je trouve ça tout bonnement insupportable de faire payer quatre fois plus cher la version française par rapport à la version originale. Et après on va s’étonner du succès du Kindle (la version du livre de Stephen King y est proposée à 5,99 euros) et autre Ebook. Franchement, les livres devraient être accessibles au plus grand nombre, et pas réservés à ceux qui peuvent se les payer. Comme d’habitude en France quand il s’agit de culture, on fait raquer le consommateur et personne n’y trouve à redire.

Bon, voilà pour mon coup de gueule. Tout ça pour vous dire que j’ai lu la version originale, soient 1074 pages. Au cours desquelles le lecteur va s’attacher au destin des habitants d’un bled tout paumé baptisé Cherster’s Mill, dont le quotidien va être secoué par un évènement extraordinaire. Imaginez qu’une gigantesque cloche de verre se pose sur une ville, que vont faire les gens coincés en-dessous ? Et c’est là que la force de Stephen King va prendre le dessus en nous décrivant de quelle manière vont se comporter les gens, sans perdre le lecteur. Et l’on sait pertinemment qu’ici, ce ne sont pas toujours les gentils qui gagnent. Que les maux de l’âme humaine s’exposeront dans toute leur laideur, avec violence parfois. Tandis que les vils protagonistes tenteront de prendre le contrôle de la ville avec force manipulation et coups bas, avec comme chef de file l’un des membres du conseil municipal incarné par « Big Jim » Rennie. L’un des personnages les plus noirs que j’ai eu à côtoyer. L’un des tours de force de l’auteur est d’ailleurs de réussir à brosser des portraits tantôt attachants, tantôt abjects de ses personnages, tout en conservant la ligne narrative : comment sortir de ce dôme qui les étouffe, littéralement.

Stephen King signe avec le Dôme un livre chorale fort réussi, et laisse un peu de côté ses délires extra-terrestres qui sont souvent prépondérants. Au fil des pages, on en vient à éprouver de l’empathie, ou de l’effroi pour les personnages et pour leur destinée. Quant à savoir le pourquoi du comment du dôme, cela devient secondaire au regard du quotidien brisé des protagonistes de Chester’s Mill, Maine.

A propos de Karine

Karine
Humble scribe depuis 1999 sur divers supports papier et numérique tels que : Joypad, Playstation Magazine, Consoles+, Gamepro.fr, mais aussi Voici (si si pour 2 articles) ou encore Viamichelin.fr. Citation du moment : "I cry because others are stupid. That makes me sad." Sheldon Cooper.

2 Commentaires

  1. Certe je suis moins cultivé et je lis pas des bouquins à 44 € mais mais l’idée de la cloche de verre au dessus d’une ville
    -> Les Simpsons l’ont fait XD (Du coup même le Bluray est moins cher)

    Par contre j’imagine bien que la comparaison entre ces 2 oeuvres s’arrete au dôme …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.