Accueil > Coin Lecture > Avis Lecture > [Livres] Dracula l’Immortel – Nos impressions

[Livres] Dracula l’Immortel – Nos impressions

header-pages

[warning]SPOIL EVENTUEL[/warning]

Dracula l'Immortel livreDracula. Rien qu’en prononçant ou en entendant ce nom, je pense tout de suite à l’épouvante, la mort, le sang, la Transylvanie, la séduction, l’ail, les chauves-souris, la nuit, et dans un contexte littéraire : Bram Stoker, le créateur du mythe.

C’est en lisant le livre de son arrière -petit-neveu Dacre Stoker et co-écrit avec un soit-disant « spécialiste des vampires » répondant au nom de Ian Holt, que j’ai compris qu’il n’était plus possible de proposer un bon Roman sur le Prince des Ténèbres sans passer par des libertés à mille lieues de ce qu’est à l’origine Le Comte Dracula dans son époque et dans sa personnalité.

« Dracula l’Immortel » est la suite officielle du Roman « Dracula » (sorti en 1897) de l’écrivain irlandais Bram Stoker. Déjà, on peut se rendre compte que la suite a mis un sacré bout de temps avant d’arriver, à savoir : en 2009. Et puis, ce qui m’a fait rire c’est d’apprendre que cette suite est la seule œuvre littéraire autorisée et soutenue par la famille de l’auteur. En même temps, si une personne s’appelant Dupont ou  Smith aurait proposé une suite, je doute qu’elle aurait eu la même approbation que celle d’un membre direct de la famille, en l’occurrence celle de Dacre. Bref, passons…  Je vous dis tout de suite, j’ai adoré le premier livre à la plume victorienne de Bram Stoker tout comme la fidèle adaptation cinématographique du même nom sortie en 1992 et réalisée par Francis Ford Coppola. Par contre, cette suite officielle qui se présente comme un pavé de 500 pages m’a un peu déçu.

Bon, ce livre est intéressant si on ne connaît pas l’œuvre de Bram Stoker. Dans le cas contraire, le gros point noir réside dans le fait que les auteurs Stoker petit-neveu et Holt se sont autorisés pas mal de libertés, que ce soit dans les dates, dans la présentation des personnages principaux (déjà présents dans le premier roman) et aussi sur la personnalité de Dracula, tout simplement.

Pour situer l’histoire, nous sommes en 1912, soit vingt-cinq ans plus tard après la mort de Dracula dans son château de Transylvanie, et la menace du vampire ne s’est malheureusement pas éteinte puisque des faits inquiétants viennent relancer l’hypothèse du retour de Dracula : Mina ne vieillit pas. Des morts suspectes de l’entourage des Harker se font de plus en plus nombreuses.

Le point positif c’est que dés les premières pages, les auteurs nous proposent un résumé des premiers évènements dans le prologue. Le Roman est très bien écrit (dans un style plus contemporain bien sûr) et surtout bravo à la traduction française qui est réussie et agréable.  Aussi, on a le droit à l’arrivée d’un personnage mystique issue de l’histoire mais aussi du folklore hongrois : Elizabeth Bathory, qui dans ce roman est une Vampire. Je l’ai trouvé effrayante et bien exploitée par rapport aux faits historiques et aux légendes qui l’entourent. Enfin, et même si cela apporte une incohérence par rapport aux dates des évènements du premier livre, un certain Jack l’Eventreur vient lui aussi faire parler de lui (d’ailleurs, je vous laisse cogiter à propos du personnage sur la couverture du livre) sous un aspect scénaristique ingénieux et qui donne une ambiance plus fidèle à celle de l’Angleterre de l’époque. La France a également sa place dans cette suite officielle (cocorico !).

Malheureusement, les écrivains ont voulu trop en faire et se sont permis des libertés, impensables à l’époque de Bram Stoker, qui au final ont tué le mythe. Au point de délaisser le côté érotique dissimulé du premier livre (important dans la littérature Victorienne) pour du cru. J’ai même envie de dire que Dracula est devenu un Bisounours  où clairement sa personnalité a été mise au goût du jour de celle des Vampires issues des histoires actuelles dont je tairais le nom. Et puis, là où j’ai été pris de nausées, c’est lorsque que Stoker neveu et Holt ont voulu exploiter mon personnage préféré : le hollandais Van Helsing. On a clairement touché le fond, et sans mauvais jeu de mot car en conclusion, on a même droit à clin d’œil de mauvais goût sur un évènement maritime tristement célèbre.

Vous l’aurez compris, ce livre ne s’adressera pas forcément à ceux qui ont aimé le Dracula de Bram Stoker et encore moins à ceux qui kiffent le long-métrage de Monsieur Coppola (qui lui avait tout compris sur l’œuvre de l’irlandais). Pour ceux qui aiment juste le mythe duVampire et le gore (car il y’en a), alors Dracula l’Immortel vous conviendra.

Pour finir, je vous laisse avec la Bande-annonce du film « Dracula » qui est la seule œuvre rendant hommage de belle manière au Roman de Bram Stoker, contrairement à cette suite littéraire qui aurait pu être écrite par la romancière de Twilight (tout en respectant sincèrement le talent de cette femme et sa série).

 

A propos de jacen

jacen

3 Commentaires

  1. Karine

    Le film et quel film !!! Trop flippant le Dracula tout blanc et crado ! Moi aussi j’ai adoré le livre et film mais la suite, qui sort un siècle après hum … ça sent un peu l’arnaque c’est clair.

  2. Shoop

    Le film je l’ai regardé dimanche soir. :) Top !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.