Accueil > Ciné / Séries > Avis Ciné / Séries > Kingsman, le retour du véritable film d’espions
Kingsman-film-espions

Kingsman, le retour du véritable film d’espions

Kingsman renoue avec le film d’espionnage tel qu’on l’aimait avant l’arrivée de Daniel Craig  : drôle, versant dans l’auto-dérision, musclé sans être glacial, avec plein de gadgets, des personnages idiots, une intrigue sympa et légèrement débile. Réalisé par Matthew Vaughn, réalisateur anglais qui a pas mal collaboré avec Guy Ritchie (écriture, production) avant de réaliser ses propres films dont Kick-Ass (comédie sur des super-héros de pacotille dans un lycée) et X-Men, le Commencement, Kingsman possède bien des qualités et a surpris pas mal de spectateurs.

100% british

L’équipe des Kingsman est une organisation non gouvernementale, ultra secrète, basée en Angleterre, qui gère des conflits internationaux en toute discrétion. Alors qu’une phase de recrutement est mise en place pour trouver un nouvel espion, l’un des membres va proposer un personnage hors norme, un jeune homme issu de la classe populaire. Car les Kingsman sont exclusivement recrutés parmi les familles les plus aisées de la Perfide Albion, et cette fois, le jeune nommé Eggsy, va venir un peu bouleverser les codes établis. Au niveau du casting, on retrouve de grosses pointures telles que Michael Caine, Colin Firth, Mark Strong ou encore Samuel L.Jackson qui joue un bad guy tout à fait original, avec un look de rappeur chic (oui c’est possible) et un phrasé particulier qui le fait zozoter. On retrouve ici l’esprit déjanté d’Austin Powers, et l’action d’un James Bond. Kingsman est un film maîtrisé de bout en bout : rythme, histoire, temps de paroles et action avec des scènes de bagarres très travaillées. La caméra suit l’action, se poste sur le poing de l’un et termine sur la joue déformée de l’autre. La respiration est également mise en avant, si bien que le spectateur est placé au coeur de l’action, sans ces séquences découpées, hachées et montés sur le tempo éreintant d’une crise d’épilepsie. On retiendra ce long plan séquence dans l’église tout simplement parfait, ou la course poursuite en voiture ( et en marche arrière) au tout début du film.

 

En gros, ce qu'il faut retenir

Note

Délicieux mélange d'humour anglais et d'action vitaminée, Kingsman renoue avec les films d'espions à la James Bond tels qu'on les aime.

User Rating: Be the first one !

A propos de Karine

Humble scribe depuis 1999 sur divers supports papier et numérique tels que : Joypad, Playstation Magazine, Consoles+, Gamepro.fr, mais aussi Voici (si si pour 2 articles) ou encore Viamichelin.fr. Citation du moment : "I cry because others are stupid. That makes me sad." Sheldon Cooper.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.