Accueil > Jeux Vidéo > Tests Jeux Vidéo > Total War Rome 2 : Rise of the Republic – Notre Avis

Total-War-Rome-2-Rise-of-the-Republic-The-Creative-Assembly-Logo

Total War Rome 2 : Rise of the Republic – Notre Avis

Total-War-Rome-2-Rise-of-the-Republic-The-Creative-Assembly-Screenshot01Cela fait maintenant cinq ans qu’est sorti Total War Rome 2. Et oui le temps passe ! On connaît quasiment toute l’histoire de Rome et de son ascension au fil de tous les DLC qui sont sortis. Il ne manquait qu’une corde à l’arc de Creative Assembly pour mettre un terme à sa Saga. Et Total War : Rise of the Republic apparait.

 

Petite cité deviendra grande

Total-War-Rome-2-Rise-of-the-Republic-The-Creative-Assembly-Screenshot04Avec ce DLC nous allons revenir aux préquelles de l’histoire de Rome, bien avant qu’elle devienne puissante et le centre névralgique de toute l’Italie. Nous voilà propulsé au 4ème siècle où Rome n’est encore qu’une petite bourgade comme les autres. Ici, point de domination écrasante, on essaye de faire profil bas et de mener sa petite barque sous peine de s’attirer facilement les foudres de ses plus proches voisins.

Dans cet opus, il nous est donné le choix entre plusieurs peuples. Les civilisations Italiques, Celtiques, les colonies Hellènes, les Latins et pour finir les Ilienses. Il y a bien d’autres peuples pour pimenter un peu la campagne comme la grande Carthage, mais ceux ci sont uniquement là pour le décor. Bien entendu, chaque peuple s’appréhende de façon un peu différente en fonction de leur compétences propres. En effet en début de partie on peu noter que chaque faction à un petit bonus qui lui est propre. Sympa pour coller à sa façon de jouer.

 

Du neuf avec du vieux

Total-War-Rome-2-Rise-of-the-Republic-The-Creative-Assembly-Screenshot03Avec ce DLC, on ne change pas les choses en profondeur, mais on voit quelques nouveautés et ajustements bienvenus. Le plus gros point vient du coté de la politique avec la réapparition de l’arbre généalogique. Ici on peut unir des personnes, mettre sous tutelle leur progéniture, faire des alliances… En fonction de l’importance de chacun, il est possible de faire à peu près toute sorte de coup bas et autre crasses politiques. Assassinat, mensonge, détournement… Rien à envier aux Feux de l’Amour. Plutôt plaisant.

Ensuite on retrouve du classique, avec la gestion de troupes et la possibilité de recruter des unités afin de faire une véritable armée de conquérants. Indispensable pour aller toquer chez le voisin et envahir sa cité. Bien entendu, avoir une armée puissante ne sera possible qu’avec une cité forte, capable de subvenir aux besoins de sa population. Le choix des bâtiments à construire pour l’expansion de sa ville est primordiale afin de ne pas voir sa population se rebeller et voir l’émergence de bas quartiers qui vous occupent alors un slot de construction de bâtiment. Tout est un habile mélange entre la gestion de sa cité et de ses relations diplomatiques, audace au combat et désir de conquête.

 

On se la joue ?

Total-War-Rome-2-Rise-of-the-Republic-The-Creative-Assembly-Screenshot02Niveaux gameplay, pas de révolution, on reste sur des bases solides sans venir chambouler ce qui à fait ses preuves. Après cinq années de Total War, on retrouve tout de suite ses repères et c’est tant mieux. Les menus peuvent paraîtres nombreux mais tout demeure abordable et finalement assez simple.

Graphiquement, ça commence à dater, les graphismes sont correct sans plus. Mais on n’achète pas ce genre de jeux pour en prendre plein les mirettes à la façon d’un God of War. Il me tarde quand même de voir ce que cela pourra donner avec un nouveau moteur graphique.

Cela fait maintenant cinq ans qu’est sorti Total War Rome 2. Et oui le temps passe ! On connaît quasiment toute l’histoire de Rome et de son ascension au fil de tous les DLC qui sont sortis. Il ne manquait qu’une corde à l’arc de Creative Assembly pour mettre un terme à sa Saga. Et Total War : Rise of the Republic apparait.   Petite cité deviendra grande Avec ce DLC nous allons revenir aux préquelles de l’histoire de Rome, bien avant qu’elle devienne puissante et le centre névralgique de toute l’Italie. Nous voilà propulsé au 4ème siècle où Rome…

Ce qu'il faut en retenir

Même après toutes ces aventures et ces années de Total War j’ai pris plaisir à partir à la conquête de l’Italie. Un système de jeux efficace mais qui dans l’ensemble n’évolue pas non plus de manière vertigineuse. Ça reste efficace. Le contexte historique est très sympa, le fil conducteur et narratif font que l’on adhère assez vite à ce DLC. Pour une quinzaine d’euros on ne va pas faire la fine bouche.


GG :
La grandeur de la carte
Les ajouts de l’arbre généalogique
La période historique toujours captivante.

Pas GG :
Pas d’énormes nouveautés
Note des geeks : Soyez le premier à noter !

A propos de yatropbon

yatropbon
J'aime bien ma grotte, moins la foule et les gens. J'en profite pour faire mon geek à mes heures perdues. Comme tout bon cliché, j'adore les bon jeux, les Marvel et les voitures jap'.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.