Accueil > Jeux Vidéo > Tests Jeux Vidéo > Resident Evil 2 – Notre avis horrifique

Resident-Evil-2-Capcom-Survival-Horror-Logo

Resident Evil 2 – Notre avis horrifique

En 1998, débarque sur Playstation Resident Evil 2, jeu nippon réalisé sous l’égide de Capcom. A l’époque, ce deuxième opus révolutionne le genre et propose une nouvelle façon de se faire peur, en mode survie.

Et le plus troublant dans l’histoire, c’est qu’avec une console comme la Playstation, RE2 va poser de nouvelles règles, scindant la communauté des joueurs. Pour certains, le gameplay est trop rigide, les énigmes sont considérées comme parfois tirées par les cheveux sans réelle cohérence avec l’environnement, et ternissent le côté horrifique de l’ensemble.

Cependant, si le joueur accepte ces éléments, il se laissera happer par une mise en scène rudement efficace et très cinémathographique, avec un rythme de jeu maîtrisé.

21 ans plus tard, quid de ce revival ?

Le Licker est toujours aussi furtif et agressif !

3 millions d’exemplaires

En l’espace de quelques jours, RE2 version 2019 explose les compteurs et s’écoule à 3 millions d’exemplaires. Démontrant ainsi qu’un jeu « à l’ancienne » a toujours sa place en 2019, avec cependant une mise à jour conséquente.

Si le titre est le même, le corps du jeu a nettement évolué pour capter l’air du temps : le moteur de jeu (RE ENGINE) permet un rendu graphique superbe, pour une immersion tout à fait réussie. Avec en outre, une sonorité boostée par la technologie binaurale : collez un casque sur vosoreilles, écoutez donc le râle du zombie et vous saurez s’il arrive de derrière, de droite ou de gauche, pour une aide de jeu bien appréciée !

Mais la technologie ne faisant pas tout, le succès de RE2 2019 tient aussi à sa mise en scène, qui sait alterner séquence hautement stressante (avec musique de bon aloi) et phases de recherche d’énigmes pour un tempo plus calme.

Devine qui vient dîner ce soir ?

Méthodologie de la peur

On craint ce que l’on ne voit pas, et d’autant plus lorsque l’on est plongé dans un endroit sombre…

Dès son arrivée à Raccoon City, Léon – on a le choix de démarrer l’aventure avec Léon ou Claire- ne peut que constater l’état de délabrement avancé général de la ville.

Votre première rencontre avec un zombie sera tout à fait charmante, et mémorable. Pour celles et ceux qui ont jouer à la version Playstation 1998, retrouver le commissariat et les ennemis d’antan procurera une nostalgie intéressante, vite balayée par le cours des événements.

RE2 réussit à nous mettre la pression, avec un cocktail savamment dosé de musique angoissante, et de munition distillée avec parcimonie. La gestion des armes est d’ailleurs un élément moteur du jeu.

Les Dobermans se déplacent souvent en groupe, et sont plutôt rapides

Un jeu pour les « vieux gamers » ?

Peut-on apprécier RE2 2019 quand on n’a pas joué à sa version de 1998 ? Si l’on accepte les règles imposées, je dirais que oui. Mais il faut accepter de subir certaines situations, de pester contre sa propre maladresse, de laisser ses émotions prendre le dessus … pour finalement venir à bout de l’expérience.

Faisant émerger ce sentiment que les jeux de maintenant peine à créer : la mise en danger avec ce sens de l’effort suivi de la récompense tant recherchée.

Concernant l’histoire du jeu, on ne vous dévoilera pas tout mais sachez qu’au bout d’une enquête à rallonge, vous découvrirez la vérité sur le laboratoire Umbrella Corporation et ces tests pas très catholiques…

Les « vieux gamers » comme moi apprécieront l’aventure et pourront la faire de nouveau avec le second personnage, sans pour autant refaire exactement les mêmes énigmes.

Pour avoir tester des phases de jeu avec des joueurs plus jeunes, leurs réactions démontrent qu’ils sont curieux de ce que propose ce RE2.

On leur conseillera donc de s’exercer un peu sur une version démo avant d’acheter la version définitive.

En 1998, débarque sur Playstation Resident Evil 2, jeu nippon réalisé sous l'égide de Capcom. A l'époque, ce deuxième opus révolutionne le genre et propose une nouvelle façon de se faire peur, en mode survie. Et le plus troublant dans l'histoire, c'est qu'avec une console comme la Playstation, RE2 va poser de nouvelles règles, scindant la communauté des joueurs. Pour certains, le gameplay est trop rigide, les énigmes sont considérées comme parfois tirées par les cheveux sans réelle cohérence avec l'environnement, et ternissent le côté horrifique de l'ensemble. Cependant, si le joueur accepte ces éléments, il se laissera happer par…

Ce qu'il faut en retenir

Cette version revisitée de RE2 ne décevra pas les habitués de la série. Tous les ingrédients qui ont fait le succès de la série sont présents en version "upgradée". Si on n'a pas joué au jeu sur Playstation, on peut très bien y trouver satisfaction, à partir du moment où l'on accepte l'alternance des phases de jeu entre élimination de zombies / monstres et phases plus calmes de résolution d'énigmes (et elles sont nombreuses). Certains pourront trouver le jeu un peu trop dirigiste et scripté.


GG :
L'ambiance
La gestion du stress et de la peur
Même en mode facile, l'épreuve reste ardue

Pas GG :
Progression scriptée
Pas mal d'allers-retours à effectuer sur les niveaux
Note des geeks : Soyez le premier à noter !

A propos de Karine

Karine
Humble scribe depuis 1999 sur divers supports papier et numérique tels que : Joypad, Playstation Magazine, Consoles+, Gamepro.fr, mais aussi Voici (si si pour 2 articles) ou encore Viamichelin.fr. Citation du moment : "I cry because others are stupid. That makes me sad." Sheldon Cooper.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.