Accueil > Geekeries > Expo / Spectacles > Expo – La Galerie Dior – Notre avis
musee-permanent-christian-dior-avenue-montaigne-paris-mode-fashion-7

Expo – La Galerie Dior – Notre avis

Nouveau musée permanent de la maison de couture parisienne

Aujourd’hui, mes lutines et moi avons revêtu nos plus beaux atours, pour rendre visite à Monsieur Dior. Son adresse mythique, du 30 avenue Montaigne, propose, depuis mars, une visite au plus près de la création de la maison Dior. C’est dans ce bel hôtel particulier que tout a commencé, avec l’ouverture de l’atelier et de la première boutique en 1947. Cette ruche bourdonnante était, selon Christian Dior lui-même : « Un bureau de rêve et un refuge pour des choses merveilleuses. »

musee-permanent-christian-dior-avenue-montaigne-paris-mode-fashion-4

Le hall d’entrée de la galerie annonce d’emblée la démesure du lieu. Nous montons, vers le début du musée, par un spectaculaire escalier blanc à vis, entouré de reproductions miniatures de robes et d’accessoires Dior. Tout y est classé par couleurs. Rainbow effect garanti !

musee-permanent-christian-dior-avenue-montaigne-paris-mode-fashion-1

Une fois à son sommet, 14 salles s’enchainent alors avec des thèmes variés. On y parle bien sûr de l’histoire de Christian Dior et de ses successeurs, mais également des créations (robes, parfums, accessoires), du processus créatif, de cinéma, de voyages, de lignes…. Nous visitons également le bureau reconstitué de Christian Dior. Survolons, grâce à un sol de verre, les cabines historiques des mannequins et pouvons admirer, en vue plongeante, le fameux escalier emblématique de la maison emprunté, notamment, par Marlene Dietrich, Joséphine Baker et Lauren Bacall au cours de longues séances d’essayages. Complètement vide aujourd’hui, c’est très amusant de le découvrir, en photos, avec ces belles dames ou totalement surchargé de clients et journalistes assistant à un défilé !

musee-permanent-christian-dior-avenue-montaigne-paris-mode-fashion-6

Cette rétrospective est drapée d’une scénographie bluffante. A chaque pièce, c’est un émerveillement pour les yeux : robes, effets visuels, sonores, reconstitution, œuvres d’arts, bijoux, photos, documents historiques … Tout est étudié pour nous faire vivre un moment de grâce, de luxe et de volupté.

Mes lutines s’extasient devant les robes de bal présentés comme des fleurs. De mon côté, je suis émue devant les croquis de Monsieur Dior himself, avec quelques notes griffonnées, de sa main, pour décrire ses modèles. L’apothéose vient, à la fin, avec la salle de bal, où les robes brillent de mille feux, sous une pluie d’or nocturne, ou sont associées à des œuvres d’art quand le jour renait.

Ce bel ensemble rappelle l’exposition qui avait eu lieu au musée des Arts décoratifs en 2017. Peut-être un coup d’essai avant de décider de l’ouverture permanente de cet écrin qui a suscité plusieurs années de travaux ?

musee-permanent-christian-dior-avenue-montaigne-paris-mode-fashion-2

Après notre visite, nous avons osé pénétrer dans la boutique attenante à la galerie : pas pour y faire du shopping, mais pour nous y offrir un gouter dans le joli salon de thé végétalisé, situé au cœur du bâtiment. Il a été très amusant d’observer cette fourmilière bourdonnante, entre clients empressés, employés aux petits soins et simples visiteurs se prenant encore et encore en photo ou en vidéo dans les moindres recoins.

musee-permanent-christian-dior-avenue-montaigne-paris-mode-fashion-3

Enfin, malgré les nombreux escaliers que compte l’édifice, celui-ci est tout à fait bien pensé pour accueillir les personnes à mobilité réduite. Lors de notre visite, une personne en chaise roulante était même accompagnée personnellement par une employée, afin de la guider vers les ascenseurs ou les montes charges. Ce type d’aménagement étant encore trop rare dans l’ensemble d’un circuit de nos lieux culturels, il m’a semblé important, ici, de le notifier.

musee-permanent-christian-dior-avenue-montaigne-paris-mode-fashion-5

Pendant cette visite, l’essayage n’est malheureusement pas possible, au grand regret de mes lutines, mais on peut rêver et découvrir cette marque, joyau du savoir-faire à la française.

Plus d’informations : La Galerie Dior

A propos de ClaireO

Avatar photo
Geek dans ma jeunesse (team Megadrive 2), j'ai un peu (beaucoup) abandonné la manette afin de me concentrer sur l'élevage de mes 3 lutines. J'aime les sortir et leur faire découvrir des univers variés. Quand il me reste quelques minutes avant de sombrer, je dévore les livres.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.