Accueil > Ciné / Séries > News Ciné / Séries > [Séries] True Blood, la dernière trahison

[Séries] True Blood, la dernière trahison

Vampire, vous avez dit vampire ?

Quand la série True Blood est apparue sur les écrans, c’était exactement le bon moment. Le mythe du vampire n’avait jamais tant eu besoin d’une petite dose de sang frais.

Une véritable icône... de carte postale

Il faut rappeler que le mythe fondateur est celui de Dracula de Bram Stoker (1897), sur lequel le XXè siècle n’a fait que broder, en littérature comme au cinéma.

C’est Anne Rice qui va dépoussiérer le mythe, avec son Lestat. Le cycle de romans va accoucher du film de Neil jordan, en 1994, Entretien avec un vampire, à la brochette d’acteurs anthologique (Brad Pitt, Tom Cruise, Antonio Banderas, Christian Slater et Kirsten Dunst… cherchez pas, à part True Romance, on n’a jamais fait mieux).

Et puis le vampire sombre doucement dans l’oubli. Mais pas dans celui des fans, des vrais. Joss Whedon va mettre sur les épaules d’une jeunette, Sarah Michelle Gellar, un rôle qui allait marquer notre petite lucarne à jamais : Buffy contre les vampires.

Mais le ton et la réalisation cheap font du show un must-have geek, point à la ligne.

Et puis Bella, Edward et Jacob se pointent. Bienvenue dans l’époque midinette. Le vampire devient objet de culte marchand pour toute une génération, la bite litt (littérature vampirique) connaît ses heures de gloire. Bram se retourne dans sa tombe.

 

Un shot de True Blood ?

L'abus de True Blood est dangereux pour la santé

Mais voilà qu’en 2008 débarque Alan Ball. Ses antécédents sulfureux et les romans de Charlaine Harris débouchent sur la série fantastique la plus novatrice de ce nouveau millénaire.

C’est sûr que True Blood peut décevoir par sa lenteur, la blondeur de son héroïne et le côté fourre-tout de la série… Mais c’est une révolution !

En dehors de son générique qui était, et qui reste, le meilleur générique télé de tous les temps (vous préférez celui de Lost peut-être ?), on avait le droit à la galerie de personnages la plus barrée depuis Oz et les Soprano. De Lafayette à Éric, de Jason à Jessica, jamais les seconds rôles n’ont occupé une fonction si importante et originale, à part peut-être dans sa majesté Lost.

Avec True Blood, le vampire est pour une fois ramené à ses sources tout en étant habilement intégré à notre réalité.

Le décor, la Louisiane et ses bayous, est un personnage à part entière. Fini Los Angeles où Seattle, le fantastique retrouve ses vraies racines le temps d’une saison bénie des dieux télévisuels.

Du cul, du sang, de l’émotion, c’est le paroxysme d’un genre à son apogée. Jamais le fantastique n’aura aussi bien reflété son époque. Une époque où sexe et maladie riment, où le sang, la drogue et le quotidien ne font plus qu’un.

 

Le début de la fin ?

Mais comme toutes les séries, les saisons s’enchaînent et la qualité décline. Sauf que pour True Blood la chute est rude. Si la saison 2 connaît une épiphanie avec un Jason devenu demi-dieu sur le capot d’un SUV, pendant une orgie démoniaque, et que la saison 3 voit l’arrivée de troisièmes couteaux intéressants (Alcide et Russell), la série sombre doucement mais sûrement dans le grand n’importe quoi.

Les vampires, ok. Les shifters, ok. Les loups-garous… pourquoi pas. Mais les sorcières et les fées ? N’en jetez plus, la coupe est pleine.

 

La saison de trop  (spoiler free)

Bad Guy ? J'en tremble encore

La saison 4 est la saison où le jus est dilué dans une infusion insipide et stupide.

Sans spoiler, pour nos lecteurs qui attendent une diffusion française, ne la regardez pas.

Restez sur une Sookie un peu neu-neu, partagée entre son quotidien difficile et ses nuits de victime consentante. Restez sur une série qui a empêché les vampires de plonger dans le ridicule avant de leur mettre leur nez en plein dedans, ficelés à un échafaud, attendant, totalement passifs, qu’un scénariste cocaïné trouve une fin tirée par les cheveux, ouvrant les portes à n’importe quoi la saison prochaine, pourvu que vous la regardiez.

Reste-t-il un espoir ? Les showrunners n’ont plus que quelques mois pour redresser la barre et sauver les meubles. S’il n’est pas déjà trop tard…

A propos de Richard

Richard

A lire aussi :

Twin Peaks, un retour de folie

Elle a été diffusée du printemps à l’été sur Showtime. 18 épisodes encore disponibles sur …

Thor-Ragnarok-Marvel-Studios-Logo

Thor : Ragnarok démarre bien

On s’en doutait vu l’engouement pour les films de Super-Héros depuis quelques années mais ça …

3 Commentaires

  1. Shoop

    J’ai essayé les bouquins et la série. Rien à faire. Un des rares trucs de vampires que je n’ai pas du tout accroché. Pourtant j’ai essayé ;)

  2. jacen

    Attention un peu de spoil…

    J’ai eu le même sentiment. J’ai été très déçu par cette quatrième saison.
    Sookie ne sert à rien (déjà c’était pas exeptionnel avant…). Elle est devenue une fille de joie à vampire, c’est tout. Il y’a peut être les évènements autour de Sam qui sont divertissants mais le reste avec les sorcières… bof…
    Puis Jessica dont je trouvais le personnage intéressant, bah les scénaristes l’ont tué… (Elle peut monter une maison close avec Sookie…)
    Le problème avec cette série c’est qu’elle tourne en rond et ça se voit de trop dans le contexte amoureux (enfin si on peut appeler cela de l’amour) et sur les problèmes et passé qui entourent chaque personnage principal. Et même pour la dernière scène de cette saison (et sans raconter la fin), on l’avait anticipé une saison avant… Et j’ai toujours trouvé que la rivalité loups garous – vampires était très mal eploitée.
    Puis ce qui devait arriver à Jason, je suis quasi certain que le scénariste l’a gardé sous le coude pour plus tard…
    Pas terrible la number 4…

  3. Karine

    C’est vrai qu’au début, les scénaristes sont restés fidèles au livre. Ensuite, il y a encore de bonnes idées mais de plus en plus mal exploitées jusqu’au paroxysme : la saison 4. Tu regardes le premier épisode et le dernier : aucun rapports, les fées avec leur tête de vieux trolls, qui apparaissent sporadiquement au long de la saison … Les personnages qui partent dans tous les sens. J’espère que Tara ne reviendra pas en saison 5, elle n’est d’aucun intérêt. Tout comme les histoires de Sam Merlotte ou des loups-garous qui au final n’apportent rien.
    Gardons espoir.
    J’avais un peu lâché Dexter et la dernière saison était excellente !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *