backtotheGEEK
Un site pour des geeks par des geeks


Livres

4 janvier 2012

[Livres] Dossier : Kindle

Plus d'articles par »
Ecrit par : Richard
Mots-clés : , , , ,
kindle-screen1

kindle-entete

 

Pour un lecteur compulsif, fan de gadgets, une liseuse s’impose presque logiquement. Voici le test du best-seller des Readers, le Kindle.

Alors, lessivons le suspens, le Kindle est excellent. Mais vous n’en avez pas forcément besoin.

Plutôt que de vanter ses qualités, ce que fait déjà très bien Amazon sur son site, je préfère envisager les différents aspects de la liseuse pour que vous puissiez trancher, le kindle est-il fait pour moi ?

 

A quoi ça sert ?

A lire des livres. Point.
Donc, si vous êtes un lecteur occasionnel (moins d’une douzaine de livres par an), êtes-vous certain qu’il faille investir une centaine d’euros (la liseuse + les livres) pour cela ? Pour le prix, vous pouvez vous payer des grands formats sublimes, voire même en plus, comble du luxe, un Pléïade…

De plus certains s’imaginent qu’ils vont rentabiliser l’investissement avec les autres fonctionnalités proposées… l’internet ? C’est une fonction expérimentale. Et elle va le rester. Le Kindle n’est définitivement pas une tablette. Et il serait dommage d’en attendre autant, c’est la certitude d’être déçu. Quoi ? Je claque autant et je ne peux que lire ? Même pas écouter un mp3 ? Non, je vous l’ai dit, le Kindle n’a été conçu et ne sert qu’à lire des livres (ou des documents, on y reviendra), mais il le fait très bien.

 

kindle-screen4Comment ça marche ?

Maintenant que vous avez compris que la liseuse n’a rien d’une tablette, vous devez vous demander en quoi le Kindle peut-il être excellent ?
C’est simple, lorsqu’il affiche une page de livre, le Kindle est parfait : il s’oublie totalement !
L’affichage des caractères est si proche de l’encre véritable que cela tient de la magie. D’autant que si la liseuse est petite (ce qui est un plus puisqu’elle tient bien dans la main et dans la poche), l’écran est finalement très proche de la taille d’une page d’un livre de poche.
Les pages se tournent naturellement, et l’action de lire n’est en rien dénaturée par sa numérisation. La légèreté de la machine, au poids proche d’un roman de 300 pages, assure une prise en main de qualité.
Tout concourt à lire dans les meilleures conditions et pour un bon moment. Pas de fatigue visuelle, pas de risque de voir le kilogramme de votre dernier best-seller venir s’écraser sur votre visage et manquer vous casser le nez au premier signe de fatigue.
D’autant que le principe est simple, une fois qu’une page est affichée, le kindle ne dépense plus d’électricité. Cela assure une autonomie gargantuesque pour un gadget, un mois si vous ne faîtes que lire.

 

kindle-screen5Où est le piège ?

Le piège du Kindle ne vient pas de lui, mais des éditeurs. Le catalogue est extrêmement réduit. Si vous cherchez un livre, il y a d’énormes chances que vous ne le trouviez pas en ebook. Cela va changer bien sûr. Aux Etats-Unis, on peut quasiment tout trouver (ce qui veut dire que si vous lisez en anglais, vous êtes tranquille). En France, les éditeurs sont volontairement frileux. D’autant qu’il faut savoir que les ebooks ne sont pas soumis à la même TVA que les livres papiers. En d’autres termes, si par miracle vous trouvez votre bouquin dans le désert éditorial, vous allez payer votre ebook quasiment au prix de l’édition papier. Et ça fait mal. Pourquoi ? Faut-il vous rappeler que le livre est un bel objet, qu’il se prête, qu’il se transmet… voire qu’il se vend (et parfois bien). Tout cela est fini avec l’ebook. Et cette différence majeure devrait justifier à elle seule un écart important de prix. De plus, si l’on ajoute que l’éditeur n’a quasiment aucun coût de production et de commercialisation pour la version numérique, on comprend mieux l’injustice. Malgré cela… on vous fait payer le prix fort. C’est un appel au crime tout simplement.

 

kindle-screen3Comment s’en sortir ?

En étant patient. Le catalogue s’agrandit de jour en jour. Les éditeurs ne pourront tenir leur politique méprisante longtemps. L’appât du gain devrait aider.
Et puis, il y a les livres gratuits. Le choix est vaste et de qualité. Certes ce sont des classiques anciens, mais qui se priverait de Poe, Verne, Rimbaud ou Hugo ? Tout n’est pas parfait, on trouve quelques coquilles paraît-il, mais le jeu en vaut la chandelle : toute une bibliothèque pour le prix de la seule liseuse.
D’autant que le kindle lit un format propriétaire, mais également les .pdf. Et sur la toile, il est facile de dénicher nombreuses pépites dans ce format.
Autre avantage intéressant : pour ceux qui lisent dans une langue étrangère (l’anglais, bien sûr, mais aussi l’italien ou le portugais, etc.) vous avez un dictionnaire intégré qui donne quasi instantanément la définition du mot sur lequel vous butez. Personnellement, c’est un argument majeur pour l’achat du Kindle. Je lis de plus en plus en anglais mais je passais à côté de quelques phrases par flemme de chercher dans un dico. Ici, c’est direct, et si vous ne trouvez pas votre bonheur dans le dictionnaire, Wikipédia s’en charge. Et là aussi cela justifie la fonction internet du gadget.

 

Quelques défauts…

Après quelques semaines d’utilisation, je suis très satisfait de mon achat et ne compte certainement pas le rendre (vous avez 30 jours d’hésitation, sympa). Je reproche seulement au Kindle son bouton peu pratique pour l’éteindre. S’il passe en veille facilement (avec des économiseurs d’écrans sublimes, sur le thème de l’écriture et de l’imprimerie), il faut maintenir le bouton un certain temps pour l’éteindre.
Autre regret, j’utilise beaucoup de .pdf (pour le boulot principalement) et le zoom n’est pas très pratique : il grossit l’image en portions et non pas de façon progressive.
Sachez de plus, que n’étant pas rétro éclairé, il faut une bonne lumière pour lire (comme un livre, finalement).
Reste que la possibilité de se balader avec sa bibliothèque dans la poche est trippant. A bon entendeur, salut !



A propos de l'auteur

Richard
Richard





 
Autres articles
 

 
mutants-Genetic-gladiator-kobojo-ios-android-amazon-video-trailer

Mutants : Genetic Gladiators sort aujourd’hui sur iOS, Android et Amazon

Après son très gros succès sur Facebook, Kobojo lance aujourd’hui Mutants : Genetic Gladiators sur iOS, Android et Amazon. Dans ce jeu les joueurs découvrent, élèvent et entraînent de nombreux mutants (robots, c...
par Shoop
0

 
 
amazon-prime-air

La livraison par drones, c’est pour demain ?

Voilà donc une raison de plus d’adorer ou détester le géant de la distribution Amazon. Toujours en avance d’un pas, Amazon vous présente aujourd’hui son prototype de livraison par drone, et il faut bien l&...
par Karine
0

 
 
beejumbled-2kgames-appsore-ios-google-play-amazon

Beejumbled sur iOS et Android

2K Games annonce la sortie sur l’AppStore, sur Google Play et sur l’Appstore d’Amazon de Beejumbled.  Disponible gratuitement au téléchargement, le jeu  invite les joueurs à prendre place dans un monde r...
par Shoop
0

 




0 Comments


Commentez le premier


Vous devez être connecté pour commenter.