Accueil > Geekeries > 30 ans de Nigloland : Entretien avec Rodolphe Gelis

niglonews-nigloland-anniversaire-decoration-saison-2017-cirque

30 ans de Nigloland : Entretien avec Rodolphe Gelis

C’est en 1987 que les frères Patrice et Philippe Gélis ouvrent les portes du parc d’attraction Nigloland. 30 ans après, le petit parc a bien grandi et c’est aujourd’hui au tour de la nouvelle génération de prendre progressivement les rênes du parc. C’est ainsi que Rodolphe Gélis fils de Philippe a pris une place plus importante dans l’entreprise familiale. Rencontre.

 

BTTG : Rodolphe Gélis, qui êtes vous ? Quel est votre parcours ?

Rodolphe-Gelis-Nigloland-Champagne
Rodolphe Gélis

Rodolphe Gélis : Mon parcours ? Je suis né à Bar-sur-Aude le 7 Novembre 1988 à 18h30. J’ai grandi dans le parc et j’étais en primaire dans le coin. J’étais au lycée à Reims. Et après j’ai fait une école de management à Paris. J’ai fait un Bachelor et un Master européen à Dublin en Irlande. Après j’ai travaillé dans divers parcs par exemple dans la Compagnie des Alpes, Pleasurewood Hills en Angleterre. Je suis allé dans un parc en Californie. J’ai un peu travaillé à Europa Park quand j’étais tout petit mais c’était stagiaire à 17 ans donc c’était pas très constructif. Mais c’était Europa Park c’était joli, c’était bien, j’ai bien aimé. Après j’ai travaillé pour Madame Tussauds à Londres pendant quelques mois. Et enfin je suis parti en 2014 a Dubai en tant que chef de projet pour la section Marvel de la Disney Imagineering. J’ai participé la construction du parc qui s’appelle IMG Worlds of Adventure qui est le plus grand parc indoor de la planète. C’est d’ailleurs le plus grand bâtiment climatisé de la terre. Il fait 14 hectares. Après j’avais le choix entre passer sur d’autres projets ou revenir au parc. J’en ai discuté avec mon oncle et mon père et on a décidé que j’allais revenir là parce que c’était le bon moment.

BTTG : Du coup ça coïncidait avec l’anniversaire.

RG : Non ça c’était pas très important. C’est plus une contrainte. Moi j’aime pas trop les contraintes. Je préférais venir quand je le sentais. Je voulais vraiment me faire une expérience au début et revenir avec des idées, des connaissances vraiment fondée. J’ai appris avec les grands groupes de parc. J’essaie maintenant d’appliquer un petit peu ça dans le parc familiale en gardant le respect de la taille de l’entreprise.

BTTG : Y a-t-il des projets à venir ?

RG : Il y a plein de projets. Ce qui est bien c’est qu’il y a à peu près une idée par jour. Mais sur 100 idées on en fait qu’une seule. La nouvelle attraction en 2018, elle est déjà commandée et déjà en fabrication. On a pas communiqué dessus. Il y aura peut-être une nouveauté ou plus. C’est une surprise en fait. La surprise ce sera peut-être qu’il n’y en aura qu’une. Cette année on a mis le budget nouveau manège dans l’infrastructure : des nouveaux parkings, des nouveaux blocs sanitaires dans le parc. On a refait plein de route, plein d’aménagements.

BTTG : Et pour l’hôtel, y a-t-il des projets d’agrandissement ?

RG : En ce moment, on est en train de faire une enquête afin de mieux connaître les périodes où on a besoin de plus de chambres. Donc on est en train d’étudier une extension de l’hôtel. La fin de l’étude aura lieu à la fermeture. Là on fera le bilan pour savoir combien de chambres on doit refaire.

 

hotal-pirate-nigloland-nuit-4

BTTG : Est-il qu’il y a des attractions qui seront réhabilitées à un moment ?

RG : Ça c’est pareil, il y a plein de projets de réhabilitation. La en ce moment on est vraiment en train de hiérarchiser nos besoins, hiérarchiser nos idées et après on essaie de faire correspondre le tout. Parce qu’il faut aussi rester sur Terre. On a envie de faire des choses, on a envie de se faire plaisir ou des aménagements mais ça n’apporte pas plus de monde au parc. Il faut trouver le bon équilibre. Par exemple, la semaine prochaine je vais voir un nouveau concept de manège en Italie. Ce sera peut-être un manège pour 2020. Ça c’est la bonne partie du boulot. Et vu qu’il n’y a rien d’acté, je ne vous le dit pas. Mais si ça se fait, vous serez les premiers au courant. Si ça se fait pas, vous ne le saurez jamais. D’ailleurs, on a en projet, mais ça on va le faire, dans les années qui viennent de faire une sorte de musée sur le parc, sur la famille, sur le personnage de Niglo. On est en train de rassembler tout ce qu’on a et on va faire un endroit où on mettra les attraction qu’on a jamais construites. On a plein de dessins, de maquettes, de brouillons et on va faire un petit  endroit. Ca va intéresser peu de monde mais ça va surement intéresser les gens comme vous. On va mettre aussi tous les dessins de Spatiale Experience (une attraction actuelle ndlr). Les bâtiments différents, les tracés différents, les constructeurs différents. Ce sera dans un bâtiment qui regroupera le Carrousel et toute une présentation sur le parc. Comme Space mountain, ce sera le Carrousel Mission 2.

BTTG : Et un mot sur les 30 ans de Nigloland ?

RG : On renoue avec nos origines. On a fait du cirque, du théâtre ambulant. On avait aussi, on le dit jamais, des cinémas ambulants. On étaient les premiers parce qu’en fait ça n’existait pas dans les ville. Les forains ont fait des cinémas. Et ceux qu’on appelle les gadjos, les gens qui ne sont pas forains, ont repris l’idée du cinéma pour en mettre des fixes dans les villes. Le cirque c’est un petit clin d’œil à nos ancêtres. Ils sont là jusqu’au 3 septembre. Et c’est aussi pour offrir un petit plus au clients. Que nos visiteurs soient heureux d’avoir l’expérience d’un spectacle au cirque qui est inclus dans le prix du parc. Pour le même prix, ils ont tout le parc et un spectacle de cirque qui dure 55 minutes.

BTTG : Vous avez pas peur que la durée puisse rebuter certaines personnes ?

RG : On est pas forcé d’y aller, c’est un choix. C’est bien d’avoir un vrai show. Si on fait 20 minutes, les gens vont trouver que c’est trop court. Et si on fait 55 minutes il y en a qui vont trouver que c’est trop long. On a essayé de faire le juste milieu parce que normalement eux font 2 heures à peu près avec une entracte au milieu. Et aussi, vu qu’on a beaucoup d’habitués comme vous. Ce sont des gens qui n’ont pas forcément envie de faire beaucoup de manège. Ils redécouvrent le parc par la visite des jardins. Ils vont peut-être faire quelques attractions et le cirque. C’est pour attirer du public au parc mais aussi pour remercier les habitués et les distraire. On a basé le succès de Nigloland là dessus. Il y a toujours un renouvellement par rapport à certains autres parcs. Il y a toujours de la nouveauté même s’il n’y pas de nouveau manège.

BTTG : Et pour Halloween ?

RG : Pour Halloween on est entrain de préparer quelque chose d’énorme. On essaie de se freiner un peu. On a maintenant deux directeurs artistique qui  pondent des dessins et des idées fantastiques. Des truc génialissimes. Certains c’est impossible parce c’est très artistique. Ce sont des concepts de décorations et d’animation. On va changer le layout du feu d’artifice. Ca va envoyer du lourd. Le parc est arrivé à un stade de fréquentation où le parc fait autant chaque jour que le pic de fréquentation du mois d’août. C’est très sympa parce qu’au début quand on a ouvert les premières années à Halloween, on faisait 2000-3000 entrées. C’était bien mais pas assez bien. Maintenant on fait 3 ou 4 fois ça. C’est une récompense par rapport au travail effectué par le parc et par tout le monde. Parce qu’en fait, tous les gens du parc s’investissent à fond. Tout le monde joue le jeu. C’est pour ça que ça marche. Les gens on les force pas à participer à Halloween. Ils le font naturellement. Si vous allez parler avec des opérateurs dans le parc, ils sont impatients d’être à Halloween.

 

nigloland-nigloween-12

 

BTTG : On vous arrête plus ?

RG : C’est à ça qu’il faut faire attention. Le travail passion d’un coté et après il y a un budget. Mais le budget on le voit un peu à la fin. On essaie de faire la balance des deux.

BTTG : Et vous comptez pas ouvrir pour Noël un jour ?

RG : Structurellement, on ne peut pas. Le parc n’est pas fait pour être ouvert à des températures négatives. Toute la tuyauterie souterraine, rien n’a été mis hors gel. On a pas assez de restaurant ou de file d’attente en intérieur. On peut pas faire l’Alpina Blitz s’il fait -10°C. On resort frigorifié avec des stalactites. Ca c’est la raison technique mais mon oncle vous aurait dit « parce qu’il faut qu’on laisse des visiteurs aux autres parcs ».

nigloland-parc-attraction-sejour-nuit-chalet-35

RG : Les choix (de nouvelles attractions) restent très familial. On est 3 à choisir. Mon oncle, mon père et moi. Même quand j’étais à Dubai, ils m’avaient demandé mon avis pour donjon. Et c’est bizarre, on s’était dit qu’il faut qu’on mette une attraction à sensations juste après l’Alpina Blitz pour bien marteler qu’on est pas un parc pour petits enfants. Et on a dit, on va tous réfléchir à une attraction à sensations et on se revoit et on en parle. Et quand on s’est revu, on avait juste marqué sur un bout de papier. On a mis au milieu de table et on a ouvert : tour à chute libre, tour à chute libre, tour à chute libre. Bon bah ok, on achète ça. On voulait une tour de 100 mètres, la plus haute. Certains constructeurs n’ont pas pu la faire et Funtime nous ont dit « Nous on peut, pas de souci » Parce qu’ici on a des contraintes géographiques, architecturales et météorologiques. On peut pas avoir une tour pleine parce qu’elle a trop de prise au vent. Il a des constructeur qui font pas comme ci ou comme ça. Il fallait trouver la bonne personne au bon moment qui pouvait produire la machine pour 2016.

BTTG : Et la faire rotative au passage.

RG : Oui mais pourquoi rotative ? Parce qu’en fait on y est allé un jour avec une nacelle pour voir et on s’est dit « C’est dommage que le mec assis là il puisse pas voir ce qui y a derrière. C’est tellement beau. » Et mon père, il adore les tours panoramique. On s’est dit qu’on va faire un 2 en 1. On va faire une tour panoramique de chute libre.

BTTG : Merci beaucoup Rodolphe Gélis.

Et encore une fois, on voudrait remercier les équipes pour leur accueil toujours irréprochable et en particulier Rodolphe Gélis et Frédérique Doré pour leur disponibilité et pour le très agréable moment que nous avons passé ensemble pour cet interview. Et on ne saurait que trop le répéter, si jamais vous avez l’occasion de vous rendre en Champagne n’hésitez pas à vous arrêter chez Niglo, vous en aurez pour votre argent.

A propos de romaindesbois

romaindesbois
Fan de jeu vidéo depuis mon plus jeune âge. Joueur PC invétéré, j'apprécie tout de même une bonne console. Amateur de cinéma à mes heures perdues et de parcs d'attractions.

A lire aussi :

Science & Vie répond à vos questions sur Astérix

100 questions sur la vie d’Astérix, c’est ce qui est proposé dans le dernier numéro …

Des coussins geeks sur ABYstyle

Vous avez besoin d’embellir votre intérieur ou plutôt de « l’engeeker » ? ABYstyle propose des coussins …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *